DILEM LE JOURNAL
RAYMOND POULIDOR C'EST 75 AU JUS !

 

Raymond  POULIDOR a déja 75 ans !

Alors qu'il n'a jamais eu la chance de porter le maillot jaune sur les 15 tours de France auxquels il a participé, Raymond POULIDOR porte bien cette couleur dans la vie de tous les jours comme pour conjurer le mauvais sort et rejeter le plus gros regret de sa carrière. Cette carrière bien trop souvent résumée à de nombreuses places d'honneurs est en fait monumentale et hérissée de nombreux succès.

A 75 ans les souvenirs sont là et toutes ses années offertes à l'histoire du sport resteront à jamais dans les mémoires collectives.

Raymond POULIDOR est sans aucun doute l'un des plus grands champions français de l'histoire du cyclisme.

 

Pour les plus jeunes qui n'ont pas pris le temps de détailler le palmarès du très populaire coureur limousin, Raymond POULIDOR est l'éternel second. On dit même de lui qu'il ne gagnait pas de course et qu'il finissait tout le temps deuxième ce qui est totalement faux et simplement un moyen d'entretenir la légende.

Ce qui est vrai et presque incroyable c'est qu'il n'a jamais porté le maillot jaune du tour de France. Pourtant il y a remporté 7 victoires d'étapes plus belles les unes que les autres, il a pris la seconde place du général en 64, 65 et 74 et termina aussi 3ème en 62,66,69,72 et même en 76 alors qu'il avait presque 40 ans !

Des victoires ? 189 en tout, étalées sur les 17 ans de son film professionnel tracé sur le plus extraordinaire scénario qui soit avec comme fleurons principaux le tour d'espagne 1964 (victoires d'étapes en 64,65 et 67), le titre de champion de France en 61 et des podiums à répétition sur les championnats du monde en 61,64,66 et 74. Raymond POULIDOR étant donné son énorme longévité, a parcouru sa vie de cycliste à cheval sur les routes de Jacques ANQUETIL et d'Eddy MERCKX, deux monuments de l'histoire du cyclisme.

 

Le duel épique de la montée du Puy de dôme en 1964, Anquetil bluffe et quand poupou s'en va il est trop tard pour lui prendre ce maillot jaune qu'il n'enfilera jamais..

 

Ces adversaires "emcombrants" ne l'ont pas empêché, en plus des succès précités, de remporter  Milan-San remo 61, la Flèche wallonne en 63, le Paris-Nice en 72 et 73, le dauphiné libéré en 66, le critérium national en 64, 66, 68, 71 et 72, l'Etoile des espoirs 71, la semaine catalane en 72 et de nombreuses étapes sur des épreuves de renom comme Paris-Nice, Dauphiné, Midi libre, critérium national,tour du limousin,quatre jours de Dunkerque ou encore tour de Belgique ... pour quelqu'un qui ne gagne jamais il y a pire non ?

Par ce modeste petit article, je voulais juste rendre hommage à un grand monsieur du sport cycliste dont beaucoup de jeunes quelques fois moqueurs feraient bien de s'inspirer ...