KRIST'AILES, "LA FEE ETHNIK"
03/06/2017
ALEP ROUGE SANG
23/09/2016
VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...
30/08/2016
LE FRISSON D'UN ALBUM POUR VICTORIA
03/03/2016
LE MOME DU BATACLAN
16/11/2015
LE SIECLE DU MENSONGE
20/05/2015
L'EXIL DE VINCENT GIRARDIN
26/05/2013
DAVID BOUILLAUX, LA VIE CONTINUE ...
03/06/2012
L'EXIL DE VINCENT GIRARDIN

 

Vincent Girardin est éxilé au Rwanda ! Vince pour les copains, Mc Fly pour les amis de facebook ! Le gars sympa qui porte aujourd'hui encore les couleurs de l'AS Corbeil-Essonnes, sa neuvième licence chez les "verts", est au fin fond de l'Afrique pour jouer au mécano, tout en continuant de faire ce qu'il aime, du vélo ! 

                 A ses débuts en 1998, c'est à Igny Palaiseau qu'il appose son premier paraphe, jusqu'en 2000, puis à Créteil en 2001, à Orsay en 2002 et 2003, mais c'est à Corbeil ensuite, qu'il trouvera la stabilité sportive. Il a choisi de partir pour quelques mois, afin d'éviter le ronron de la vie quotidienne. Après quelques pensées australiennes (il avait envisagé de partir aux antipodes pour faire du vélo en se trouvant des petits boulots alimentaires), Vince a décidé d'abandonner l'idée, parce que trop floue et trop peu réfléchie. Pourtant, il ne se pose pas de questions très longtemps lorsque l'Afrique se présente à lui ! Jimmy, un de ses amis, lui propose de partir. Là maintenant ? Le temps de s'occuper des nécessités administratives, et hop, le Rwanda devient son nouveau domicile provisoire !

Le célibataire de Bois d'Arcy n'a pas beaucoup de comptes à rendre, alors comme il était dans une phase de réflexion, il s'envole sur african air. Né le 23 avril 1985 à Versailles, il s'éloigne de la vie de chateau pour s'offrir de belles claques dans la gueule, et ça fait du bien ..."L'Afrique était loin de mes pensées, mais aujourd'hui je ne regrette pas cette belle expérience !" Vincent Girardin voudrait ouvrir un magasin de cycles plus tard, après son retour en France, mais il n'est pas pressé, puisque l'insouciance est bien souvent synonyme de jeunesse. Ok pour l'avenir ! Etre son propre patron lui semble envisageable et plus raisonnable, à condition d'y réfléchir après avoir vécu pleinement le présent. En attendant, c'est dans un pays lointain, entouré de gens simples et attachants, que le coureur francilien a ouvert ses bras et son coeur. Avant que la trentaine ne le rende peut-être plus pragmatique, le garçon s'éclate avec des coureurs locaux, puisqu'il est devenu l'un des mécanos officiels de l'équipe nationale rwandaise.

A des années lumières de la petite vie tranquille de l'européen moyen, l'eau et l'electricité sont des luxes d'un modernisme étonnant ! Lui, le fou de moto, des vélos derniers cris, cotoient régulièrement les champions du coin, qui doivent grimper les montagnes avec un poids de 15 kilos comme compagnon de chevauchée ! C'est ça le Rwanda, l'eau courante et potable c'est selon, mais pas pour tous ...

Son patron ? C'est Jack Boyer, un ancien pro américain, créateur du "Team Rwanda", entouré de professionnels discrets, qui pédalent pour manger et faire vivre leur famille. Tout ce petit monde vit à 2000 m d'altitude, dans les souvenirs sanglants d'un peuple ravagé par un génocide hallucinant (près d'un million de mort) en 1994 ! Les "tootsies" massacrés sous le regard désintéressé et sournois des riches occidentaux. La réalité fait peur, mais c'est la réalité.

Vincent Girardin fut surpris à son arrivée :"Les rwandais sont simples et ne véhiculent aucune haine !" Peut-être devrait-on s'en inspirer pour ne pas sombrer dans la "conformiste attitude" ... Là bas, Vince trouve une sorte de plénitude, même si il avoue volontiers que ses parents, sa famille, ses amis, les bonnes bouffes, lui manquent terriblement. Le miracle est parfois de se sentir bien dans des endroits que l'on croyaient hostiles. J'ai le sentiment que Vincent Girardin a compris beaucoup de choses au contact de ces gens qui ne demandent qu'à vivre. En juillet, de retour à Bois d'Arcy, au fond de lui, il n'aura probablement pas uniquement le plaisir de retrouver ses proches, mais surement des souvenirs merveilleux plein la tête ...