ALEP ROUGE SANG
23/09/2016
VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...
30/08/2016
ROMAN BONA, LE PLAISIR D’ÊTRE LA
02/05/2016
DAVID BOUILLAUX, LA VIE CONTINUE ...

 

David Bouillaux.

J'ai bien connu David, le gamin sympa de la fin des années 90. Un garçon saisi d'un brin de timidité, un coureur sans artifice ni prétention, mais sans doute plus talentueux qu'il ne savait le montrer. David Bouillaux, le breton adopté par obligation, par une seine et marne moins typique et certainement peu sympathique à son goût de l'époque. Né à Rennes, le 17 novembre 1981, David a débarqué un jour ... sur le "port" de Nemours ! En 1998, il débute comme junior à l'US Nemours-St Pierre et petit à petit, au prix d'une lente mais sûre progression, il atteint un niveau intéressant. Il participe avec les espoirs, au Paris-Tours de la catégorie. Sélectionné pour l'occasion en équipe d'Ile de France, il y cotoie Benoit Sinner et Renaud Pioline notamment. La route est longue et dure, mais ses résultats restent encourageants.

                                Sa petite amie, la jolie Laetitia, l'aide à supporter les moments difficiles et lui, il regarde devant, fier et heureux. Le plaisir est là, à portée de mains, il ne le rejète pas ! Le mercredi 4 avril 2001, sa vie et celle d'autres jeunes cyclistes, bascule en même temps qu'un véhicule fou et percutant. A l'entrainement avec son club, un après-midi de printemps, les gosses ont la malchance de croiser une voiture incontrôlée, qui envoie valdinguer le peloton et par la même occasion, la jeunesse de ses amis. David est choqué ! Depuis, rien n'est pareil, il veut s'acquitter du meilleur et ne pas s'occuper du pire, il trouve la vie trop courte, la mort trop curieuse. L'image de copains et copines qui s'envolent ... c'est le tournant de son existence. Il reprend le vélo comme un besoin, comme une thérapie, en 2010 il repart au plus bas de l'échelle. Sous les couleurs du VC Fontainebleau, avec une licence de série départementale dans son portefeuille, il veut refaire le chemin à l'envers.

Laetitia est partie, elle l'a foudroyé ! Après 12 ans de partage, ce n'est pas facile de se reconstruire, mais il se bat. L'appart vendu, le retour chez papa et maman, la lumière du jour qui devient moins claire et moins évidente à supporter. A 29 ans, l'envie d'exister quoi qu'il arrive prend le dessus. Et puis les plus malchanceux du 4 avril 2001 ont vécu bien pire ...alors il faut relativiser  !

 

 Depuis 8 ans, il bosse au journal "auto plus" en tant que cadre, il est content de pouvoir ainsi cotoyer le milieu de sa seconde passion, la voiture. Dernièrement, il s'est même fait un vrai plaisir, il a acheté un petit bolide avec son frère ! Malgré celà, le vélo reste en tête de ses priorités. Depuis deux ans, il roule tous les soirs, parfois le mercredi après-midi, il accède à la première catégorie après avoir notamment remporté le tour du val d'oise l'an passé. Cette saison, dans la nouvelle équipe du CS Dammarie de José Gouère, il est content de son sort. Il cotoie un coureur de la trempe de Samuel Plouhinec, ex-pro, il fait de belles courses et même récemment où il agita ses gambettes en guadeloupe, pour un joli voyage. La première catégorie est celle dont il rêvait. David espère en gagner une belle, il est convaincu qu'il peut le faire, il est d'ailleurs très souvent dans le top 20. Il s'est même classé 3ème à Poilly ou encore 4ème à Cloyes sur le loir. La vie de famille le poursuit, ses parents toujours présents dans les bons et les mauvais moments, son frère dont il se sent très proche et puis deux ou trois amis sur lesquels il peut s'appuyer, c'est tout ce qui compte réellement pour lui : "Je n'ai pas le droit de me plaindre ! " Pourtant on ressent comme une pointe d'amertume, car l'échec de son duo avec Laetitia est encré au plus profond de lui. L'avenir de David Bouillaux est comme il le dessine : "Je me vois continuer comme ça, avec en plus une nouvelle copine avec qui je formerai une famille".

La famille encore et toujours la famille ... Aujourd'hui, David Bouillaux connait presque le meilleur, après avoir échappé à un destin caressé par la détresse de l'accident. Il a vu la souffrance autour de lui, il s'est surpris à revoir la scène tragique s'agiter dans ses pires cauchemars, puis il a vaincu ses nuits de réflexion. Comme le soleil semble revenu, David Bouillaux a besoin de briller lui aussi. Le chemin parcouru est énorme, mais celui qui se dresse devant lui est probablement très beau ...

Bonne chance David.