LA PHILOSOPHIE DE LEON DUMAY
20/02/2018
LA NOUVELLE ANNEE SANS EUX
02/01/2018
REQUIEM POUR DEUX FOUS
14/12/2017
AU SOUVENIR DE GREGO
29/05/2017
ALEP ROUGE SANG
23/09/2016
LE MOME DU BATACLAN
16/11/2015
S Q Y, AU BONHEUR DE JEFF
20/01/2014
GUY CRAZ, LE BON VENT DES ANNEES 80
31/12/2013
KEVIN LE CUNFF DU VTT A LA ROUTE
25/08/2009
LE MOME DU BATACLAN

Je viens d'arriver dans la salle.

J'en ai rêvé, comme on peut rêver nous les gosses ! Afficher l'image d'origine

Je suis bien installé, tout près des musiciens. Il y a beaucoup de bruit. Le monsieur à côté de moi chante comme un forcené. Il doit être complètement fou, mais il a l'air gentil ! Des frissons poussent sur ma peau, je suis heureux. Mes parents sourient, il y a longtemps que je ne les avais pas vu sourire ainsi ! J'entends des notes magnifiques. Elles s'envolent si loin, si haut ... 

Maman me serre fort pour me faire partager ces moments merveilleux. C'est chouette les artistes. Je fredonne une mélodie avec le public : la la la la la ... Je me surprends à danser sur mon siège. Je suis pressé d'être adulte, parce qu'à douze ans on ne comprend pas toujours tout ! Le chanteur s'en va ... Des pétards résonnent au fond de la salle. Je suis étonné que les gens face autant de remue-ménage. Ils gênent sans doute les musiciens ! Et puis pourquoi j'entends crier ? Tout d'un coup, j'ai très peur de ce que je vois. Je me retourne sans cesse, il y a des ombres qui bougent ! Des lumières minuscules et éphémères. Des hurlements. Des pleurs. De la souffrance en flamme et des gémissements en feu.

Je me retrouve allongé par terre comme mon chien Youki quand il veut jouer, mais ce n'est pas un jeu.

Pourquoi le monsieur ne bouge plus ? 

Afficher l'image d'origine

 

En une seconde je devine ce qui m'attend ! On dirait un de ces films avec plein de monde qui tombe ! J'ai compris que notre avenir était en pointillé. Les "kalaches" découpent l'air à la hache !  Je n'ai rien fait pour mériter ça ! Je suis là, je me sens tout petit, comme une mouche qui va se faire écraser.

Et puis, je me vois courir à perdre haleine. J'ai un espoir fou, celui de survivre. Plus je cours vite, plus j'ai de chance de m'en sortir. Je suis dehors puisque je sens l'air frais me caresser les narines ! Je suis sauvé !!!!

Où sont papa et maman ? 

Ouf, les voilà ! 

Je suis le môme du bataclan ...