ROMAN BONA, LE PLAISIR D’ÊTRE LA
02/05/2016
LOLO LA JOUE EN SOLO
03/04/2016
LE FRISSON D'UN ALBUM POUR VICTORIA
03/03/2016
LAURE BOUTELOUP L'A FAIT !
10/01/2016
SANA, LA FILLE D'EN BAS...
25/11/2015
LE MOME DU BATACLAN
16/11/2015
LE SIECLE DU MENSONGE
20/05/2015
LE COUP DE GUEULE DU FLEUVE ROUGE
01/02/2015
ENCORE UNE YEAR
26/12/2014
UN JOUR PEUT-ETRE ...ELLIE CROQUISON
25/05/2014
ROMAIN BACON A TOUT COMPRIS
02/04/2014
SOTCHI LA HONTE
16/02/2014
S Q Y, AU BONHEUR DE JEFF
20/01/2014
GUILLAUME JUDAS, LE TALENT N'A PAS D'AGE
09/09/2013
L'EXIL DE VINCENT GIRARDIN
26/05/2013
LA PASSION SELON KELLY GAMBIER
12/05/2013
ANTOINE GORICHON MERITAIT BIEN CA !
23/04/2013
LA MARCHE D'ELO
05/04/2013
VICTOR ...UN AUTRE LEBLOND !
08/08/2012
DAVID BOUILLAUX, LA VIE CONTINUE ...
03/06/2012
NOM : LEBLOND PRENOM : ALLIAUME
03/04/2012
BENJAMIN PASCUAL IS BACK
16/03/2011
LE DIJONNAIS NOUVEAU EST ARRIVE
09/02/2011
L'AVENIR C'EST ALLIAUME LEBLOND
29/09/2010
MICKAEL DUPUIS COURT TOUJOURS...
07/02/2010
ADRIEN GUILLONNET LE DEBUTANT
08/06/2009
REMY GAUTHIER:DU RAP A LA POLICE
27/04/2009
BARBARA FONSECA CONJUGUE LE CYCLISME AU FEMININ
02/04/2009
CLEMENT + DAMIEN = MAS
31/03/2009
CHRISTIAN MOLLET: LA GINGUETTE VA FERMER SES VOLETS
12/03/2009
ROMAN BONA, LE PLAISIR D’ÊTRE LA

Août 2013 :

Romain Bona, coureur cycliste de première catégorie de son état, surfe sur la vague d'une forme physique ponctuellement exceptionnelle. Cependant, il est rongé par le doute. Depuis quelques jours, une douleur au genou perturbe son mental. Il a dû abandonner dernièrement le Grand Prix de Bavay dans le nord, alors qu'il écrasait les pédales dans la bonne échappée. Dans la foulée, il se présente vers l'un de ses principaux objectifs, le tour du Piémont Pyrénéens, avec cette pensée incontrôlable de n'être sûr de rien. Affûté comme jamais, mais avec cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête, il appréhende les premiers kilomètres.

 

L’image contient peut-être : personnes sur des vélos, vélo et plein air

 

                                                                                                                                       Romain BONA 

Malheureusement pour le baroudeur de l'AS Corbeil essonnes, pas de miracle, la douleur se réveille alors qu'une fois encore il bataille aux avant-postes. Le deuxième volet de l'épreuve partira sans lui. L'articulation bloquée, le moral dans les chaussettes, annonçant le début d'un long chemin de croix. Et puis, sournoisement, se profile la programmation des rendez-vous habituels d'un homme blessé. Les mots qui résonneront dans son esprit pendant près de trois ans seront docteur, scanner, salle d'attente, IRM, radios, infiltrations, kiné, strap, ostéo, mésothérapie, et j'en oublie probablement beaucoup d'autres encore moins attirant ...

Un tunnel interminable qui rend presque invraisemblable la simple idée d'être bien dans sa peau et dans son corps. L'esprit de ce sportif émérite souffre d'attendre la lumière, la libération à laquelle il ne croit presque plus. La découverte de la cause du mal devient un véritable rayon de soleil. ENFIN ! Petit à petit le sport devient à nouveau une raison de vivre. Heureusement il y a les potes du vélo, les vrais, ceux qui comprennent combien le fait de courir à pied, ou de remonter sur sa bicyclette, même pour une sortie insignifiante, est un bonheur immense. Romain sait bien ce qu'il doit à ces amis là :

- David Bouillaux ? On ne se quitte plus ! C'est ma femme (il rit). Avec lui, il nous arrive toujours des trucs de dingues ! La bande de Corbeil 2013. Vincent Girardin, Antoine Gaudillat, Victor Leblond, John Sacommandi, Alex Isérable et Sébastien Papinaud. Les tontons de Nangis (comme il les appelle), Serge Noël, Jean-Philippe Méret, Stéphane Bézard, Pascal Lacroix ou encore Grégory Hennion. Ces mecs là ont contribué parfois sans le savoir, à me permettre de sortir de cette impasse.

Avril 2016 :

Un jour de printemps, Romain Bona redevient coureur. Il épingle un dossard qu'il gardera sans doute dans sa mémoire, peut-être même dans un placard, au cas ou la nostalgie le gagnerait. Le grand moment est arrivé, au départ de Paris-Pussay, les frissons l'accompagnent. Sa licence de deuxième caté, toujours à l'AS Corbeil, c'est comme un cadeau merveilleux, inconcevable trois ans auparavant. Les mauvais souvenirs s'effacent pendant trois heures de bonheur. Incomparable retour ponctué de sifflets libérateurs, de coups de freins, de tape dans le dos et de bonnes vieilles bordures. Les péripéties de ces derniers mois lui ont fait comprendre que l'essentiel était certainement de retrouver une autonomie totale. Rien n'oblige à être un champion pour être heureux, mais mettre un maillot, sentir l'odeur des produits de massage, côtoyer ses amis, être dans le peloton, ça donne des ailes à la vie. Il sait bien que son esprit de compétiteur pourrait l'amener à retrouver l'élite. Il n'est pas là pour ça, mais il se connait tellement : - Si je peux mettre tout le monde dans la caillasse, ce serait le top ! dit-il avec le sourire aux lèvres et l’œil qui pétille. - Avant ma blessure, j'ai fait énormément de sacrifices pour essayer de devenir un bon coureur en 1ère caté ... Si mes jambes reviennent, je referai sans doute la même chose, sans hésiter !

Romain Bona aura 31 ans le 2 octobre prochain. Il n'est plus un espoir, mais il s'en fout : - C'est tellement bon d'être au départ d'une course avec ses amis. Avant, pendant, et après devant un verre, c'est le pied !

Né à Villeurbanne, le garçon réside désormais à Melun. Ingénieur en électricité dans un bureau d'étude, il vit comme un jeune homme de trente piges au 21ème siècle. Il était venu sur le tard au vélo de route, en 2006, il avait 21 ans, et l'UFOLEP lui offrit son premier dossard. En 2009, il débarque en FFC, en troisième caté. Puis en deuxième caté en 2010 et enfin en première caté en 2011 et 2012, toujours sous les couleurs du CS Dammarie-Team Peltrax. Puis vint cette fameuse saison 2013. Une saison à la fois terrible lorsqu'il pense à cette satanée blessure, et si prometteuse quand il se souvient de sa 5ème place à Paris-Auxerre, et sa 6ème à Paris-Chauny ! Cet ancien nageur (pendant six ans chez les jeunes) barbotant dans les piscines des clubs de Nangis et d'Ozoir la Ferrière, fut aussi un triathlète à Vineuil dans le Loir et cher, de 2001 à 2004 ! Romain Bona est un vrai sportif, jusqu'au bout de son âme. Son rêve ? - J'aimerais bien retrouver l'ambiance des triathlons et pourquoi pas faire un Iron man avec mon David ! J'aimerais aussi me faire un tour d'Europe à vélo. Voir des gens, sentir d'autres paysages. Mais on verra plus tard !

En dehors du cyclisme, Romain aime bricoler chez des amis ou dans la famille. Il aime également les soirées avec ses copains d'enfance (rien à voir avec le vélo), la belote, le ciné, le théâtre sont au programme des festivités. Son amour du sport ne se limite pas au seul vélo, puisqu'il est fan du biathlète Martin Fourcade. Il est également fier de son père qui a effectué cinq Iron man, ni plus ni moins !!!

Autrement, des artistes préférés ?  - J'adore Albert Dupontel, il est ouf ! Et puis un mec black-listé dont je tairais le nom.

Désormais, le présent de Romain Bona, c'est de regarder ses amis dans le peloton, et profiter du plaisir d'être là, lui aussi ...