VICTORIA THOIZON S'OFFRE UN RESERVOIR
07/11/2017
POUR L'AMOUR DU SPORT
03/11/2017
AURELIEN LIONNET APPRIVOISE L'ELITE
18/10/2017
AURELIEN LIONNET APPRIVOISE L'ELITE

A 23 ans, Aurélien LIONNET trimbale toujours sa bonne bouille sur les courses cyclistes hexagonales. Il caresse à nouveau le haut niveau amateur, enfin, après quelques déboires indépendants de sa volonté. En 2014, alors qu'il avait à peine 20 ans, le VC Toucy fondait de gros espoirs sur lui. Une belle 7ème place au classement final du Circuit de Saône et Loire, quelques jours après un top 15 lors de Paris-Troyes, et son empreinte prenait alors la taille d'un avenir doré. Malheureusement, l'apprenti champion allait être obligé de souffrir d'une traversée du désert, due en grande partie à une mauvaise chute, tout le contraire de ce qu'il espérait. Des blessures à répétition. Un moral altéré. La joie de vivre à la dérive, et même pendant un temps, l'envie de tout envoyer balader. Quel dommage eut été qu'il se retire des pelotons. Et puis, le pain blanc a commencé à revenir sur la table. - J'ai réussi à me relancer progressivement en effectuant une saison en 2ème caté ! Quelques victoires, mais surtout énormément de confiance revenue de nulle part. - J'ai réussi à gagner en 1ère en 2016, mais il me manquait une victoire en élite !

- Depuis le début de saison mes sensations étaient parfois bonnes, parfois moyennes. Je bossais pour les copains, ça m'a permis de progresser ... 

En 2017, Aurélien a décidé de changer de casaque. Il a même pris la décision de s'éloigner de sa famille pour aller vivre à Roanne, là où son nouveau club pouvait l'avoir sous la main. Pourtant, ce n'est pas toujours facile de s'exiler loin des gens que l'on aime. - Je me suis retrouvé à 4 heures de route de la famille, et encore plus loin de ma copine qui résidait encore en Normandie. Heureusement, elle a décidé de poursuivre ses études à St Etienne, et par conséquent de venir s'installer avec moi  depuis septembre ! L'objectif d'"Aurel" par cet exil, était aussi de vite et mieux s'intégrer au groupe. De ce point de vue là, ïl a réussi son coup parfaitement. Et au niveau sportif ? Ce fut sans doute difficile en première partie de saison. Rejoindre une grosse structure DN1, ça veut dire avant tout prendre ses marques. Travailler pour les autres au détriment de ses propres performances quelques fois. Il l'a fait ! - Il faut savoir donner pour recevoir ! Admet-il.

S'il rêve d'une belle saison 2018, en parallèle à l'obtention de son diplôme de Comptabilité et gestion qu'il prépare par correspondance, il est bien conscient que 2017 restera gravé à jamais dans sa mémoire. Non seulement parce qu'il a quitté Toucy pour rejoindre une équipe de niveau supérieur, mais parce que quelque part il a réussi le pari que certains ne le croyaient pas capable de réussir ! Il a apprivoisé l'élite ! Dés le début de saison il y eut de jolis prémices, avec notamment une 5ème place lors d'Annemasse-Bellegarde suivi d'un podium au tour du canton du dunois. C'est pourtant en cette toute fin de période de compétition qu'il montre le vrai visage de son talent. Il avait bien gagné au prix de Manziat en toutes caté devant ses parents, sa sœur et sa petite amie, quelques jours auparavant, mais la domination de son équipe ce jour-là avait quelque peu diminué la crédibilité de son succès. Le collectif est une belle chose, mais gagner à la pédale un jour de belle course, c'est ce qu'il voulait.

 L’image contient peut-être : 1 personne, sur scène, debout et plein air

Prix du grand sud Berry. 14 octobre 2017, première victoire en élite pour Aurélien LIONNET. 

Son graal, c'est donc le 14 octobre dernier (photo) qu'il l'a trouvé. Par le biais du prix du grand sud-Berry élites. Il fut seul au monde pendant les 10 derniers kilomètres, avec seulement quelques secondes d'avance. Seul oui, pour méditer et mériter son rêve. C'est beau de voir un jeune coureur montrer sa joie sur la ligne d'arrivée. Les bras au ciel et le cœur léger, Aurélien LIONNET, c'était écrit ce jour-là, avait le droit de toucher les nuages. Il le méritait depuis si longtemps. Ne serait-ce que pour avoir eu la force de se relancer après maintes revers succédant à des bribes d'espoir et de renaissance. Voilà, c'est fait ! Maintenant, il est revenu sur le chemin qu'il convoitait sous le maillot blanc de Toucy. Un chemin obligatoire pour un sportif, comme celui de la forme physique. Il se souvient être revenu à Troyes pour se ressourcer en milieu d'année, se délectant par la même occasion de la réussite de sa sœur au Bac scientifique. Il se souvient qu'il était reparti à Roanne remonté à bloc pour la suite des batailles à livrer. Il connut encore des fortunes diverses. Des hauts et des bas, et une chute au tour d'Alsace. Mais, il a aussi eu son lot de plaisir, avec une 5ème place lors d'une étape au Piémont pyrénéen. Et puis une échappée royale au tour du Gévaudan avec les pros. Mais cette victoire qui semblait le fuir, arrivait enfin ce 14 octobre, dans le Cher.

Pour son bonheur personnel bien sûr, il fallait qu'il la gagne cette élite,  mais aussi pour ses proches, et ses supporters dont je fais parti !  Il peut savourer aujourd'hui : -Je savais que j'en étais capable, mais je commençais à trouver le temps long ... En franchissant la ligne, j'ai pensé à tous les sacrifices que j'ai pu faire depuis longtemps. J'ai pensé à ma copine, à qui je pouvais enfin offrir un beau bouquet de fleurs. J'ai pensé à mes parents et à ma petite sœur qui se déplacent si souvent dans toute la France pour venir me voir. Mais j'ai aussi pensé à toutes ces blessures qui m'ont pourri la vie. A l'instant où je passais la ligne les bras levés c'est comme si je refermais ce livre noir.

Aurélien LIONNET est maintenant près pour 2018. Il le fera avec toutes ses armes et il en a de belles.

Bonne chance à lui.