ANNE-LYSE, GREG'S BLUES
30/11/2017
POUR L'AMOUR DU SPORT
03/11/2017
ANNE-LYSE, GREG'S BLUES

Regarder la vie en face, sous tous ses angles. Il reste la vérité, la vraie ! L'uniformité des pensées n'existe pas, n'existe plus. Anne-Lyse Somogyi en est une preuve. Somogyi ? Oui, comme Greg son mari, son amour, son presque tout. Elle l'a perdu il y a six mois, lors d'un accident de la route. Depuis, Anne-Lyse et leur petite Lucie vivent ... malgré le vide que l'inévitable souvenir de Greg essaie de remplir. Se reconstruire après un cataclysme, c'est le plus dur des challenges. C'est celui d'une jeune femme admirable. Son joli minois est un reflet positif de ce que doit être l'être humain. A 33 ans, l'âge ou le jour doit encore faire de l'ombre à la nuit, elle se bat pour trouver la lumière. Elle se bat pour leur enfant, pour lui, mais elle espère parvenir à se battre un jour pour elle-même. Pour le moment, elle est en plein Greg'S blues.

 L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

Anne-Lyse lors des 10 kms de Nanteuil les Meaux 2013. 

 - La vie continue ! C'est le cliché habituel et répété par tous ceux qui croient bien faire en la croisant au hasard de cette existence. Une existence au potentiel énorme, mais bien souvent si déroutante. Elle n'a pas besoin de la suffisance des autres, ni même de leurs compassions, mais elle souhaite la proximité de ses plus chers amis, et simplement beaucoup de temps pour atténuer ses peurs du vide. - Je me sens parfois au bord d'un précipice !  Elle, l'hôtesse de l'air, en a marre de partir loin de sa Lucie. De toute façon, elle ne peut plus y aller. En arrêt-maladie depuis deux mois, c'est bien compréhensible. Elle a un grand besoin de changer de vie, comme elle l'avait prévu avec son mari bien avant le drame. Deux à quatre fois par semaine elle se fait une bonne heure de sport, parce qu'elle en a besoin. - Si seulement ça pouvait être tous les jours. L'envie de me faire mal me fait du bien ! Pour son équilibre, pour se vider la tête, même un tout petit peu. Mais elle ne laisse jamais Lucie bien longtemps. Elle la confie à une assistante maternelle ou à sa maman parfois, pour garder le lien. Elle a du mal à abandonner ce petit bout de chou trop souvent derrière elle. Cette môme représente le miroir de Greg. Elle est tout. L'amour, le sang, le cœur qui bat plus fort.

 Photo de profil de Anne-Lyse Somogyi, L’image contient peut-être : 1 personnePhoto de profil de Anne-Lyse Somogyi, L’image contient peut-être : 1 personnePhoto de profil de Anne-Lyse Somogyi, L’image contient peut-être : 1 personnePhoto de profil de Anne-Lyse Somogyi, L’image contient peut-être : 1 personnePhoto de profil de Anne-Lyse Somogyi, L’image contient peut-être : 1 personne

Anne-Lyse a remporté le duathlon de Souppes en compagnie de son ami Stéphane Le boulanger le 1er novembre dernier. Elle a cette force d'aller au bout d'elle-même. - Je veux retrouver mon niveau précédent, pour Greg. J'ai envie de hurler que je l'aime. J'ai souvent l'impression que sans lui je n'ai plus de demain. Je sais pourtant qu'il faut que je fasse grandir notre fille. Hôtesse ? Je crois que c'est fini pour moi. J'ai envie de serrer Lucie chaque soir dans mes bras. Où est-il ? Au bout du monde ? Sur la lune ? Si je pouvais je le rejoindrais n'importe où. Au-delà de mes espoirs. Au-delà de tout. Je ferai le voyage immédiatement. La lune ? Pourquoi pas ! Je dois gérer un quotidien maltraité. J'aimerais pouvoir aider les gens qui vivent ce que je vis. Je reste connectée dans le monde des vivants ... Avec ses petites phrases au couteau, Anne-Lyse nous fait ressentir sa douleur. Sa force vient juste après sa fragilité. - Je veux que Lucie vive des choses extraordinaires, comme elle en aurait vécues avec son papa ! Ecorchée vive et tendre maman à la fois, c'est sans doute la suite que doit envisager Anne-Lyse Somogyi à présent. Elle a une telle volonté. Elle veut aller au bout du bout comme dans le sport. Le Greg'S blues est là, et les mots la libèrent à défaut de la guérir : - L'hiver me torture. Je me sens seule. Il devrait être là, comme ça il n'y aurait plus d'hommage, plus de pèlerinage, plus d'écorchures, plus de fêlures. Je tâtonne. J'avance en reculant ... Il était presque tout pour moi !

Difficile de résister à ce cri du cœur. Difficile de ne pas vouloir la soutenir dans sa démarche de sportive pleine de ressources. Un jour, espérons-le, cette femme intense trouvera la paix en elle. Une nouvelle route. Pour transformer le Greg'S blues en un souvenir moins terrifiant.