MACRON AU VIN BLANC
01/01/2018
REQUIEM POUR DEUX FOUS
14/12/2017
ANNE-LYSE, GREG'S BLUES
30/11/2017
POUR L'AMOUR DU SPORT
03/11/2017
REQUIEM POUR DEUX FOUS

Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday sont morts le même jour, le 5 décembre 2017. A quelques heures d'intervalles seulement. Coïncidence ? Pas si sûr ! Tous deux étaient si différents. Chacun était si loin de l'univers de l'autre. Pourtant, leur regard bleu avait la même pureté, celle des hommes dignes et fiers. Celle des gens fascinants. Jean d'Ormesson a laissé derrière lui une intelligence redoutable. L'un de ses derniers romans s'intitulait : "un jour, je m'en irai sans en avoir tout dit". C'est probablement vrai. Il a dû partir avec quelques secrets. Né à Paris le 16 juin 1925, il aura donc vécu 92 ans. Il fit de sa vie ce qu'il voulut en faire. Il fut un écrivain, un journaliste, un philosophe, et un membre de l'académie française. Avec du talent, beaucoup de talent. Instinctif et éloquent, il fut judicieusement caressé par une pointe d'humour jubilatoire. Un regard plutôt coquin, mais légitimement habile. Cet homme était un homme de droite respectueux des âmes de gauche. Il a marqué son époque, et il va sans aucun doute beaucoup nous manquer. J'adorais l'entendre parler. Je prendrai plaisir à le lire.

 Résultat d’images pour photo jean d'ormesson

 

Résultat d’images pour photos johnny hallyday gratuites 

 Johnny Hallyday lui, était l'idole des jeunes, mais aujourd'hui surtout des moins jeunes, puisque le temps a passé en usant les plus beaux diamants semés sur nos routes. Une voix incomparable. Lui aussi avait une forme d'humour bien à lui. Il avait 74 ans. La fougue du rocker intacte, malgré la maladie. "Je te promets" chantait-il. Alors nous y avons cru avec lui tellement il était crédible dans son interprétation de la vie. Fans ou pas, nous avons avancé sur nos chemins respectifs, accompagnés par "L'envie" d'allumer le feu", ou bien celle de retenir la nuit ... Jean-Philippe Smet était un artiste généreux et porteur d'une auréole charismatique gigantesque. "J'oublierai ton nom" hurlait-il, nous n'oublierons pas le sien. "Souvenirs, souvenirs", comme ceux qu'il a laissés à des millions de gens, tous prêts à lui ressembler, en refusant jusqu'à leur propre image. Je suis bien trop fier pour tenter d'imiter qui que ce soit, mais mon respect pour ce qu'il fut n'en est pas moins immense. "Toute la musique que j'aime, elle vient du blues". A présent, pour Jean et Johnny, "noir c'est noir". Il reste cependant un espoir, celui de vous imaginer ensemble, libres dans vos têtes avec "Diego" tout là-haut. 

Vous pouvez aussi fredonner "j'ai oublié de vivre", mais pour nous, ici, ce sera plutôt un "requiem pour deux fous".

Merci d'avoir existé. Je finirai par cette phrase merveilleuse de Monsieur d'Ormesson : "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle" ... Sacré Jean !