MACRON AU VIN BLANC
01/01/2018
POUR L'AMOUR DU SPORT
03/11/2017
ELO LE PLAISIR A VELO
11/08/2017
BARBARA FONSECA DONNE DES "ELLES" AU VELO
03/03/2017
VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...
30/08/2016
AMBRE ET LOLO FOR EVER
14/12/2015


MACRON AU VIN BLANC

31 décembre 2017, 20 heures. Un bon petit vin d'Alsace accompagne une grosse poignée d'huîtres pour la mise en bouche d'un réveillon sans folie, mais tellement bon à vivre. J'ai à mes côtés la personne que je désire, et c'est de loin l'info principale de la soirée. Notre président-roi s'invite pendant dix-huit minutes. Le Macron au vin blanc n'était pourtant pas prévu au menu. Il distribue ses vœux à sa façon, celle d'un banquier tenant les ficelles du porte-monnaie de la France. Il envahit l'écran comme tous ses prédécesseurs, avides de pouvoir et d'exposition médiatique. Il nous informe d'une austérité de plus en plus injuste, et nous demande de penser à faire quelque chose pour notre pays chaque matin.  

Résultat de recherche d'images pour  

 

Quoi faire ? 

Désolé, nous avons déjà tout donné Mr le président ! J'espère tout de même que vous avez passé de belles vacances à la montagne. Que vous avez fabriqué un maximum de globules rouges là-haut au sommet des cimes, afin de nous gratifier de votre énergie de la quarantaine prétentieuse. Puisqu'il s'avère que notre avenir est entre vos mains, je ne suis plus inquiet ... hum hum ! Je rigole. Je sais déjà que ma condition ne pourra s'améliorer qu'avec mon seul et unique effort, surement pas avec le vôtre. Pathétique version que celle de vos vœux hier à 20 heures. Encore pire que ceux des gens qui me détestent et me souhaitent de passer une merveilleuse année. Ce moment du calendrier est sans doute le plus mal perçu de nous tous. Certains ne se rendent pas compte combien on se moque de leur existence. Combien on leur ment. Hier soir, la moquerie de notre république a atteint la lune. Nous devons suivre notre roi pour permettre à la France de se sortir de l'ornière. Nous devrons achetez les timbres, le carburant et le gaz plus cher, la suite étant ... en marche ! Par contre, pendant que notre ceinture se serre de plus en plus, jusqu'à nous couper le souffle, rien n'empêche notre premier ministre de cracher sur nos vestes en lâchant 350 000 euros pour revenir de Tokyo. Tout cela dans un A340 de luxe en remplacement de l'avion apprêté par l'état ! C'est sûr, les vœux de notre roi à tous sont d'une "honnêteté sans espoir". Le président ne doute de rien. Il est au-dessus de tout. La lumière dans ses yeux est celle qui brille dans les yeux des menteurs pathologiques.

Allez, je préfère ne pas m'en préoccuper. Bonne année à tous. A mes amis moutons ... Mèèèèèèèè ... et aux autres ! Ceux qui se sont habitués aux manipulations de nos hommes politiques, depuis que De Gaulle a payé son dernier billet de train. 

POUR L'AMOUR DU SPORT

Il y a de belles histoires d’amour, même si la chanson des « Rita mitsouko », sortie de la voix aiguë et originale de Catherine Ringer, dit qu’elles finissent mal … en général. L’amour du sport lui, il est souvent le secret d’un partage entre amis, entre adversaires, entre compétiteurs. Quand cet amour là est allié à celui du cœur, c’est encore plus beau bien sûr. Cédric Moureaux, coureur cycliste à la persévérante de Pont sur Yonne, et Fanny son épouse, ont décidé de lier leur plaisir d’être ensemble, à celui de la sueur et de l’effort.

Ce mercredi 1er novembre 2017, ils ont pris la 4ème place du désormais classique duathlon de Souppes sur loing, dans la catégorie mixte, celle où ils excellent. Coup de chapeau en passant, à Pascal Bénard et son équipe pour cette organisation qui perdure. *Mention spéciale à Anne-Lyse Somogyi, une compétitrice pas comme les autres.

Si Cédric participe à des courses cyclistes l’été, il n’hésite pas en parallèle à accompagner sa belle dans des compétitions diverses, à pieds, à vélo, mais de toutes les saisons. Pour le fun, comme on dit parfois. Pour cela, il faut bien s’entraîner un peu, même si le résultat n’est pas l’objectif premier des deux tourtereaux. Pour Cédric, pas questions de s’imposer des plans drastiques, mais il s’agit plutôt d’essayer de faire comme il peut, en fonction de ses obligations professionnelles. Pour Fanny, c’est exactement pareil !

Cédric en est bien conscient : -  Fanny bosse la nuit. Elle effectue deux sorties course à pieds par semaine et moi je fais du vélo seul ou avec elle entre les heures de boulot.

Le silence d’une forêt ou d’une route déserte soulagés par le bruit des foulées, ou celui des roues dans le vent, c’est un vrai bonheur de sportif.

Cédric ajoute : - Passer des moments ensemble à aller au bout de nous-mêmes, c’est un plaisir incomparable !

 

 L’image contient peut-être : 2 personnes, gros plan

                                                                                                 Le sport dans la bonne humeur, avec Cédric et Fanny Moureaux. 

 

Formateur dans la police du lundi au vendredi, Il a le sang du sport qui coule dans ses veines. Fanny a eu un petit bout de chou qui a aujourd’hui 4 ans, alors avec les deux « grands » issus du premier mariage de Cédric, il faut parfois jongler pour trouver le temps de souffler … afin de courir ou pédaler quand même.

Fanny elle, n’a pas que le sport pour l’emmener danser avec les étoiles. Shakira, les gâteaux, et sa collection de chaussures, sont autant de plaisir à déguster. La collection ? C’est du lourd parait-il ! Elle est belle et coquette, alors en course, tous les coureurs hésitent longuement avant de la doubler … LOL.

Il y a peu de temps qu’elle a découvert le sport sous cette forme là. La forme du plaisir sans compter. La forme de se fondre dans une ambiance festive, mais aussi le bonheur d’un rassemblement familial en se faisant « swinger » les endorphines. 

Cédric aime les gens qui vont au bout de leurs rêves. La miss jogging, elle, s’est mise au diapason, et pour lui, elle irait courir jusqu’au bout du monde.

Ils aiment se lancer des défis, sans se prendre la tête, la trentaine bien tassée les rend plus sereins.

Le cycliste pontois est en admiration devant sa femme. Il trouve qu’elle a beaucoup de courage et d’abnégation dans ce qu’elle fait : - Elle me permet de vivre ma passion à ses côtés. En plus, elle sait passer des baskets aux talons plutôt facilement. Donc je suis fan de Fanny !

Pour elle, c’est une découverte de pouvoir faire du sport en gardant un lien familial :

- C’est ma petite tribu. Nous nous retrouvons sur chaque course. C’est le top du top !

Entre un cycliste qui fut un junior prometteur à la fin des années 90, et une reine de la foulée de charme, il y a un vrai échange, une connexion inimitable.

Partager des choses que l’on aime, c’est sans doute le secret pour donner tort à Catherine Ringer.

 *La victoire dans la catégorie mixte est revenue à la merveilleuse Anne-Lyse Somogyi, terriblement touchée par le décès de Greg son mari, il y a seulement quelques semaines de ça. Quel magnifique hommage elle lui a rendu, en triomphant avec sa rage de vivre, en duo avec notre ami Steph Leboulanger !!!

 

ELO LE PLAISIR A VELO

 

Elodie LOLLIEROU ne veut plus se prendre la tête. L'ex mademoiselle HEGOBURU a décidé de s'amuser avec son vélo, mais tout en étant sérieuse dans la gestion de son temps, par la force des choses. Née le 05/12/89 à Brou sur Chantereine en Seine et Marne, elle vit aujourd'hui pas très loin de l'endroit où son acte de naissance a été déposé. Dans un village du 77 plutôt calme, elle partage son bonheur de vivre sous un toit protecteur, avec Erwann LOLLIEROU, l'ancien 1ère caté et très bon sprinter à l'ACBB, l'UC Bords de Marne et l'AS Marcoussis entre autre. A présent, il évolue lui aussi dans l'idée de s'amuser un peu, au Team Peltrax en 3ème catégorie.

Elodie a été en 2013 une belle compétitrice, emportant au passage le classement général de la coupe de France, avec notamment une magnifique victoire à Pujols, au cours d'une 3ème manche très disputée. Après cette superbe saison, elle a décidé de changer de vie. Et, en plein accord avec Erwann, elle a lancé l'opération "construire une famille" ! Lorsque l'on fait du sport à un bon niveau, la conciliation des deux schémas n'est guère faisable, tout du moins au début du projet. Ensuite, il faut adapter son espace temps avec la réalité du terrain et de la vie quotidienne. Enceinte, elle avait repris gentiment quelques sorties et même courue un peu en 2014, au niveau régional. Après le mariage d'octobre 2014, elle a donné la vie à une petite merveille prénommée Eloïne, et qui a vu le jour le 1er décembre 2015. Ayant décidée de l'allaiter, sa carrière cycliste s'est automatiquement mise entre parenthèses. Il y a des personnes qui ont le mérite de s'activer dans plusieurs domaines à la fois. Ce sont souvent des personnes généreuses et fidèles à des objectifs qu'elles se sont fixés au préalable. Elodie et Erwann étaient fait pour se rencontrer, et partager leurs rêves. Ils se partagent aussi la garde d'Eloïne parfois, pour aller courir ou s'entrainer. C'est une façon à eux de continuer à aimer et respecter leur sport, en faisant de leur vie un puzzle qui s'assemble parfaitement. Bien sûr, ce n'est pas toujours facile. Bien sûr il y a cette chère Annie, la mamie LOLLIEROU, excellente intendante durant notre collaboration sympa à Bords de Marne et Marcoussis. Il y a aussi le clan HEGOBURU, vacciné de longue date avec un rayon de vélo. Tout ce joli monde est prêt à donner la main quand cela est possible. Toujours est-il qu'Elo se plait à vélo. Depuis cet hiver, nous travaillons ensemble à reconstruire son corps et son univers de championne volontairement égarée. Elle sait pertinemment que son niveau n'atteindra probablement plus les 100% obligatoires pour briller avec les meilleures françaises, mais elle va s'appliquer à finir en beauté en 2018. Ensuite, peut-être que ce sera la fin de la compétition, pendant quelques temps en tout cas.

 L’image contient peut-être : vélo et plein air

Elodie LOLLIEROU

Cette saison, elle a dû allier son travail de factrice à St Thibaut des vignes, l'entretien de sa maison, et son attention particulière pour le bébé, avec son entrainement souvent diminué, en demi-teinte, afin de ne pas tomber dans la suractivité, dangereuse pour son bien-être de femme. Chaque matin, c'est debout à 6 h 30 ! La tournée souvent en surcharge, et une heure de battement avant de repartir s'entrainer, seulement quand son emploi du temps pouvait le lui permettre. C'est un rythme à suivre, mais peu évident pour lutter au niveau national, face à des filles qui ne font que du vélo. Pourtant, elle ne s'en plaint pas, admettant que chacun doit suivre le chemin qu'il a choisi, voilà tout. Elodie est une jeune femme intelligente et avec son courage à revendre, elle est tout de même parvenue à terminer toutes les coupes de France auxquelles elle a participée, dans le premier tiers, souvent même dans les trente premières. Cet été elle se repose, en faisant quelques cyclos et beaucoup de farniente pendant ses trois semaines de vacances. Elle reviendra en 2018, parce qu'elle en a envie, et non pas parce qu'elle se sent obligée. Elle est heureuse avec ses copines de l'UVCA Troyes. Ensemble elles se serrent les coudes pour parvenir à faire évoluer le club dans le bon sens.  Ce challenge lui plait beaucoup. et l'équipe DN auboise progresse.

A la question, quel est ton avenir dans le cyclisme ? elle répond : - En 2018, je voudrais faire minimum aussi bien que cette année, et même encore mieux si cela est possible ! Je voudrais aussi continuer à aider cette équipe de l'UVCA Troyes à monter en puissance. Les dirigeants sont hyper motivés et dévoués. Du coup, ça donne envie de bien faire !

Elodie LOLLIEROU aime le cyclisme, alors elle fait ce qu'elle peut pour reculer l'échéance d'une retraite prématurée. Aujourd'hui, le cyclisme féminin a atteint un niveau important grâce à la création de groupes pros, ce qui est bien, mais c'est d'autant plus difficile pour toutes les Elodie's du peloton, que l'on pourrait comparer à des "working girls"...

 

BARBARA FONSECA DONNE DES "ELLES" AU VELO
         
"Donnons des elles au vélo"
 
 
C'est un projet original qui consiste à mettre en valeur les femmes, en priorité les pratiquantes assidues du sport cycliste, tout en faisant l'apologie de celui-ci. Un jour avant les pros, une dizaine de jolies minois vont parcourir chaque étape du tour de France 2017, du premier au dernier jour, avec comme identique apothéose le fier asphalte des champs Elysées. Tout est parti en 2014 de la création d'une équipe 100 % féminine, dans l'Essonne. Sorti de l'imagination de Claire Floret et Mathieu Istil, "donnons des elles au vélo" a pris son envol presque initiatiquement. Le club est structuré autour d'une équipe DN (dans laquelle évolue une autre sénonaise, Julie POSENATO), laissant une place au niveau régional et aussi aux échanges loisirs, comme une porte ouverte à toutes. Le côté "je fais le tour" est évidemment d'une grande valeur athlétique, mais en même temps, il garde un côté ludique qui va comme un gant à l'esprit du CO Courcouronnes Cyclisme féminin. Le tour de France en amuse-gueule ? Barbara FONSECA fait parti de celles qui vont tenter de mener cette belle idée à terme. L'ancienne coureuse du VC Sens et du comité de bourgogne, aujourd'hui âgée de 26 ans, s'est investie dans ce défi sportif et convivial. Elle a oublié le dossard sur une épreuve cycliste depuis quelques saisons déjà, mais cette année, en attendant, elle a encore des comptes à rendre à son club de triathlon jusqu'à fin avril. 
- Après, je basculerai sur des sorties plus longues pour arriver en confiance sur notre projet. J'ai tellement de souvenirs sur mon vélo ! Avec le VC Sens (les premiers), et puis juste le plaisir d'être aux avants postes, les copains du club, Florian, Anthony, de si merveilleux souvenirs. J'étais la seule fille de mon âge, on s'éclatait tous ensemble...
- Après cette expérience nouvelle, je repartirai peut-être en compet avec l'équipe, qui sait ?
 
L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes souriantes, personnes debout, texte et plein air
 
Qui de plus féminin que notre Babou sénonaise pouvait prendre une place dans cet article de femmes sportives ? Pour porter la belle parole d'une vraie militante du vélo féminin, et rendre crédibles les beaux yeux et les rouges à lèvres de celles qui charmeront les avant routes du tour cet été, elle devenait incontournable. En tenue de ville comme en tenue de cycliste, elle sait y faire pour offrir son savoir et son intelligence. Prof de sport en banlieue "raisonnable", à Créteil pas toujours soleil, ce n'est pas un problème pour Barbara qui aime les défis nouveaux. Elle est là pour quelques temps dit-elle.
"Donnons des elles au vélo" mêle son goût de l'effort à celui de l'amitié et de la découverte de l'autre. C'est donc grâce à ce club atypique, à Courcouronnes mode girls, que cet évènement aura lieu de nouveau. Espérons qu'il sera suffisamment médiatisé, et ce serait judicieux, suite à l'annonce de la disparition de la grande boucle au féminin ...
Barbara Fonseca ne sera pas de trop pour convaincre les spectateurs. Elles seront 11 filles hyper motivées pour parcourir les routes des champions de juillet.
 
Voici la liste des participantes et donc chanceuses et courageuses :

CLAIRE FLORET (celle qui a fait naître le projet), ALEXIA BUZZI (fan de Peter Sagan), JULIE COTTELS (la grimpeuse), MARINE THIEBAUT (la skieuse), ANNA BARRERO et PILAR VIDAL (les catalanes), TETIANA KALACHOVA (l'ukrainienne), CELINE BACKAERT (capitaine de route), ISABELLE BARTHE-FRANQUIN, SOLENE LEDOUAIRON en voilà dix ! La onzième ? Evidemment BARBARA FONSECA ! Depuis qu'elle a cessé de courir, parallèlement à ses études, elle a touché à bien d'autres sports. L'athlétisme, le trek, l'escalade, le triathlon, le ski rando ... Barbara aime ça !
- J'ai changé plusieurs fois de régions, j'ai découvert de nouvelles personnes. J'aime ce que je fais. 
Elle a un petit flash du passé qui lui revient : - Ah oui, les championnats de France, quel horreur ! Je me préparais bien plus que je ne le faisais pour les autres épreuves. Pour aucun résultat probant ou presque. Sans doute que j'en faisais trop !
Probablement aussi que le stress faisait son œuvre.
Barbara fera donc l'avant tour avec ses copines de l'Essonne, et là, le stress sera atténué par l'amitié et le partage des émotions.
 
Barbara FONSECA se rappelle encore :
 - Ma chance fut d'avoir des parents extérieurs au milieu du vélo. Ils ne vivaient pas leurs rêves à travers moi. Ils étaient toujours contents de ce que je pouvais faire. Cela me permettait en cas d'échec de passer rapidement à autre chose !
"Donnons des elles au vélo", c'est très important.
Le cyclisme féminin y gagnera encore.
Le CO Courcouronnes Cyclisme féminin a donc un autre tour dans son sac !
Puisse t-il aux côtés de Barbara, réussir longtemps à charmer les fans de vélo que nous sommes.
 
Vive le cyclisme féminin. 
 
VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...

- On est tous super contents de s'être défoncés pour Adri, comme il sait si bien le faire pour nous ! La phrase de Jérémy Cabot, le leader du SCO Dijon, après la victoire finale d'Adrien Guillonnet au tour du Piémont-Pyrénéen, en dit long sur le respect que ses coéquipiers ont pour ce garçon simple, volontaire et efficace.

 Résultat d’images pour photo tour du piémont pyrénéen

Adrien GUILLONNET  à la remise des récompenses

Certes, sa victoire s'est construite sur ses qualités de grimpeur, notamment après l'enfilade soulor-aubisque du deuxième jour. Mais ensuite, le maillot jaune sur les épaules, Adrien Guillonnet a dû faire face à une nouveauté. D'habitude, pour défendre les intérêts d'un Jerem, il fait le tempo, va chercher les garçons dangereux, bouge, écrase, étire le peloton, mais cette fois-ci, il avait devant lui un scénario écrit pour d'autres ... Alors, il dût se retenir, rester dans le sillage de ses coéquipiers pendant un long moment, souffrir de ne pas être lui-même. Il a réussi non sans mal à canaliser ses ardeurs, à prendre le rôle de leader, ce qui n'est pas simple quand on a l'âme d'un maître de l'offrande et du plaisir à faire cadeau de son talent à la communauté.

Aujourd'hui, on pourrait croire qu'Adrien a changé. Que cette superbe victoire va le transformer en un guerrier individualiste, comme le sont la plupart des héros de ce sport magnifique. La sueur de ses collègues, qui coule sans compter pour lui faire conserver son acquit le dernier jour, lui a fait grand plaisir. Au téléphone pour le débrief, il m'a vanté tout d'abord le mérite de Quentin Bernier, Guillaume Gauthier, Julien Souton, Jérémy Defaye, Louis Louvet, et évidemment Jérémy Cabot pour lequel il décrocherait la lune s'il le pouvait ! Adri est comme ça, toujours à minimiser ses performances et son talent criant. Sans doute ne     sait-il pas à quel point il est performant, où peut-être n'a t-il pas la vocation ni la prétention d'un homme de la lumière. Jérémy Cabot dit d'ailleurs de lui : Il est très fort, mais il ne s'en rend pas bien compte !

 Résultat d’images pour photo adrien guillonnet

                                                    Adrien GUILLONNET, avec sa belle tenue de champion de Bourgogne-Franche comté

Ah c'est vrai qu'il en a franchi des paliers depuis qu'à l'AS Marcoussis en 2009, alors cadet 2, il épingla son premier dossard. Un dimanche matin d'hiver, j'avais repéré que ce môme, avec ses allures improbables, suivait plutôt bien les accélérations des meilleurs pendant la soixantaine de kilomètres qui lui étaient autorisés de faire. Depuis ce jour, je suis fier et heureux d'avoir partagé avec lui tous ces moments qui l'ont fait grandir. Le VC Toucy et maintenant le SCO Dijon ont parfaitement entouré ce gamin aussi intelligent que joueur. Il pourrait même devenir présentateur télé à la météo tellement il se sent concerné par la vitesse du vent, ou la taille des nuages ... Boute-en-train, c'est aussi sa marque de fabrique, avec son humour masqué, et sa dégaine maquillée d'un sourire communicatif. Adrien Guillonnet va reprendre ses cours en septembre, à Lyon, comme si son avenir sportif était en pass'cyclisme ! Beaucoup sont persuadés qu'il a les moyens d'aller encore plus haut, moi le premier, puisque je sais que sa marge de progression est grande. Alors, quand je lui demande si le monde professionnel l'intéresse, sa réponse n'est pas étonnante : - De moins en moins ! Je pense que le manque de discernement de certaines équipes y est pour beaucoup. Je crois qu'Adrien Guillonnet est aujourd'hui un vrai coureur, et que les directeurs sportifs devraient cocher son nom sur leur agenda. L'abnégation est aussi une qualité importante dans ce milieu. En tous cas, avec son air de ne pas y toucher, le tour du piémont pyrénéen est sa cinquième victoire élites depuis ses débuts à ce niveau. Et puis, le champion de bourgogne-franche comté (le premier de l'histoire du regroupement des région) c'est lui ! Il n'en parlera à personne, à moins que l'on ne l'attache et le torture, mais le vélo c'est quand même l'un de ses moteurs de vie principal. Il y a en ce garçon une sorte de positivité absolue. La recherche de l'optimisation de l'instant présent. Quand je lui ai demandé comment il s'imaginait dans dix ans il m'a dit : - Je ne sais pas comment j'imagine demain, alors dans dix ans !

Un jour, ce garçon va nous étonner encore  

 



Plus d'articles...



<< Début < Préc 1 2 Suivant > Fin >>


Page 1 de 2