ADRIEN GUILLONNET EST PRET !
08/08/2018
ELIOTT PIERRE, UN AVENIR EN MARCHE
06/08/2018
ANTONIN BRANGER GRANDIT
27/07/2018
MATHIEU URBAIN S'AMUSE AU VC TOUCY
02/07/2018


ADRIEN GUILLONNET EST PRET !

Il vient d'obtenir son diplôme d'ingénieur après quelques années d'études et de tourments. Il n'aura que 25 ans dans quelques mois, alors, aujourd'hui, tout est permis ! Adrien GUILLONNET, le francilien du SCO Dijon vient de terminer 4ème du tour d'Alsace, au milieu d'un peloton essentiellement rempli de coureurs professionnels. Comment fais t-on pour devenir pro ? Il faut avant toute chose qu'un agent s'intéresse à vous et décide de frapper à la bonne porte des managers d'équipes. Je connais suffisamment Adri pour le savoir capable de relever le défi d'un professionnel. Rien ne l'interdit, surtout pas le doute ! Son agent (il en a un), fait le maximum pour lui trouver une route "carrossable", alors croisons les doigts, et attendons qu'une porte s'ouvre … 

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes debout

 

       Adrien GUILLONNET, podium du tour d'Alsace. 

 

J'ai rencontré Adrien en 2009, grâce à la famille Gustave, alors que le président Christian (Gustave) venait de m'embaucher pour diriger l'équipe DN2 locale. Adrien GUILLONNET débutait la compétition. Il était cadet 2ème année. Il était mal posé sur son vélo, malhabile, un peu rondouillard, comme beaucoup de gamins à cet âge-là. Depuis, il en a fait du chemin. Une petite victoire en cadet, 4 ou 5 en junior, autant en 2ème caté, alors, je l'ai embarqué dans les bagages de mon nouveau club du VC Toucy, quand Marcoussis a fermé ses portes. Depuis tout ce temps, évidemment, je commençais à le connaitre par cœur, comme je le connais aujourd'hui, sur le bout des doigts. 

 

Je fais partie des 20% responsables de sa réussite, avec ses parents bien sûr, la famille Gustave et l'AS Marcoussis, le VC Toucy, et le SCO Dijon son club actuel. Les 80% restants lui appartiennent complètement. Ce garçon a du talent oui, mais son courage, son travail, sa détermination à ne jamais baisser les bras, l'ont amené là où il est aujourd'hui, aux portes d'un cyclisme de métier pour lequel il se pourrait bien qu'il vive de grands moments. Tout est permis vous dis-je ! Cette année, il a enjambé un nouveau mur dans sa progression, comme chaque saison depuis ses débuts. Il en est à 15 podiums en élites, dont 4 belles victoires (2ème étape du circuit du Saugeais, 3ème et 4ème étape du tour de Tarentaise, tour du Pays Roannais). Des résultats d'une grande régularité, qui l'amènent à occuper à ce jour,  la 3ème place du classement "BBV Direct Vélo" Nous allons encore bosser pour finir cette jolie saison en beauté. Un baroudeur, un battant, un coureur à l'instinct, un coureur comme je les aime. Adrien GUILLONNET ne devrait pas avoir à chercher une équipe. Si les coaches le connaissaient vraiment, comme moi je le connais, son téléphone serait en surrégime ! Depuis nos partages permanents, je n'ai pas la moindre chose à reprocher à Adrien GUILLONNET. Pour moi, il représente la vie. Talent, humilité, gentillesse, intelligence, savoir vivre. Que demandez de plus à un ami ? Quand il sera pro, il aura un autre entourage cycliste (c'est normal), mais je suis sûr que nous aurons toujours une place dans un coin de son esprit fertile. Je suis certain que nos 20% auront une grande importance pour lui ! J'espère qu'un jour, dans mon rôle de coach sportif, j'aurais la chance de retrouver un môme de sa qualité. Le cyclisme est un sport bien difficile pour les jeunes. Allez faire des heures sur la route, faire des études élevées, passer son temps libre à aller de train en train, de révisions en examens, de courses en trajets multiples, ce n'est pas permis à tout le monde …

Adrien GUILLONNET a fait tout ça ! A présent, il mérite d'en être récompensé, par la reconnaissance du milieu cycliste qui sait parfois donner sa chance à un membre de sa "famille". Adrien GUILLONNET, c'est un exemple sain de ce que doit être un cycliste.

Bonne chance mon gars ! 

ELIOTT PIERRE, UN AVENIR EN MARCHE

 

 

 En ce dimanche 5 aout 2018, lourd et ensoleillé, le souvenir Rino De Vido à Poigny en seine et-marne, nous a offert une organisation parfaite, et une épreuve bien intéressante à suivre. Ouverte aux catégories 1.2.3 et juniors (peu de 1ère au départ), le suspens n'a valu que pour les sept coureurs qui avait pris la poudre d'escampette dans la première demi-heure. Intéressante ? Oui ! Pourquoi ? D'abord parce que l'épreuve fut éprouvante physiquement, et surtout parce que le vainqueur est un minot de 17 ans !

 L'avenir d'Eliott PIERRE est en marche ! Né à Argenteuil le 18 janvier 2001, il a débuté en 2015 chez les voisins du PAC. Il a intégré le groupe d'Argenteuil Val de Seine cette saison, en toute simplicité. Le vélo est rapidement devenu son fil rouge dans la vie. En parallèle, comme tout jeune homme intelligent qui se respecte, il poursuivra ses études à la rentrée, en terminale ES. Il a une pointe de regret dans la voix lorsqu'il se dit qu'à cause du vélo il n'a pas le temps de voir d'autres amis que ceux de ce milieu-là ! Qu'importe, demain est un autre jour. Eliott a la tête bien sur les épaules, tout comme son entourage, et notamment ses parents. Il prend aussi le vélo du côté ludique, par le biais des voyages qu'il lui impose : - ces derniers temps, je suis allé en République tchèque pour les championnats d'Europe. Et puis, au Luxembourg pour la coupe des nations, et dans les Vosges en stage ! Bientôt, ce sera la Bretagne pour le championnat de France Juniors ! J'aime cette vie-là, je n'ai pas le temps de m'ennuyer ! Eliott PIERRE a remporté la classique des Alpes Juniors cette saison (photo ci-dessous), preuve de ses indéniables talents de grimpeur. D'ailleurs, à ce propos, son coach Fred BLANCHON ne tarit pas d'éloges sur sa "petite pépite" : - Avant lui, j'ai eu de nombreux coureurs de talent, il est le seul à qui je ne trouve pas de défaut ! très beau compliment de la part d'un entraineur qui a eu à ses côtés des garçons comme Adrien LEGROS, Jérémy LECROCQ, Yannis YSSAAD et j'en passe … Eliott n'oubliera jamais son succès dans la montagne alpestre : - Je n'échangerai ce moment pour rien au monde !

 

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, plein air

 

Un seul défaut, "guérissable", la difficulté à accepter l'échec ! C'est le signe que l'on a affaire à un champion … Fred BLANCHON ne s'inquiète pas : - On va y travailler. Je suis certain que ce gamin très mature fera une carrière pro ! Il est déterminé, humble, respectueux, il écoute toujours et cherche toujours à comprendre. Il a des qualités physiques incroyables, avec une endurance importante et il excelle dans la montagne et au chrono ! En plus, il n'aura jamais la grosse tête parce qu'il sait pertinemment que le parcours sera très long !

Son entraineur est élogieux, et ce n'est pas surprenant. Quand un coach sent le talent, il ne peut s'interdire de le propager. J'ai vu ce môme pour la première fois dimanche. Sa façon d'agir n'est pas passée inaperçue, c'est sûr, mais Eliott ne s'emballe pas, il sait bien que d'autres avant lui se sont offert des "rêves", même en remportant de belles épreuves, l'avenir est toujours une énigme irrésolue. Alors, il regarde la vie en face. Si sa magnifique victoire dans la classique des Alpes est comme il dit "un kif", il a compris que parfois il faut supporter des jours difficiles. Comme à Ussy sur marne (77) par exemple, au printemps, en 2.3.J : -J'étais dans le trou ce jour-là ! Nous avons tous compris que le cyclisme est un pan énorme du mur de la vie d'Eliott. Pourtant, dans ses meilleurs souvenirs, il y a ce week-end sur les 24 heures du Mans automobile, avec son père : Je suis fan de sports auto. Avec papa, ce fut un moment merveilleux ces 24 heures ! 


L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur des vélos, vélo et plein air

             Eliott PIERRE, en Tchéquie, aux championnats d'Europe Juniors, avec l'équipe de France.

 

Si le cyclisme est une activité difficile, elle est aussi très enrichissante lorsque l'on prend conscience du degré de souffrance à supporter pour réussir. Eliott PIERRE avait débuté son année par un top 20, à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, plutôt rassurant comme mise en route ! La suite ne fut qu'une preuve irréfutable du talent de ce jeune homme plein de vie. 

 Chez les juniors, c'est un "incontournable" comme on dit. Outre son succès de prestige à la classique des Alpes, il avait déjà remporté le tour du Vexin et le tour de Martinique entre autres performances. Auparavant, lors des saisons précédentes, il avait conquis le titre de champion d'Ile de France cadet, et s'était également imposé sur une "inter-régions".

Poigny est donc pour l'instant la dernière fleur conquise de haute lutte par Eliott le chercheur d'or. Une fleur a poser dans le vase de maman. Vase rarement vide ces derniers temps ! Mamie est souvent présente elle aussi, elle est l'une de ses plus fidèles supportrices. Une femme sympathique et peu exubérante, ce qui doit être rassurant pour son champion de petit-fils.

Eliott, A qui dois-tu le bonheur d'être ce que tu es ? Mon papa m'a tellement appris ! Sans lui, je serais complètement perdu ! Je remercie également mon coach Fred BLANCHON et le club d'Argenteuil, parce qu'ils me mettent dans les meilleures conditions pour réussir.

Toujours respectueux et conscient. Une certitude importante : Seul, personne ne peut réussir ! L'intelligence, c'est aussi une sacrée qualité pour avancer sans se voiler la face. De ce côté là, le garçon est semble t-il bien équipé. 

Eliott PIERRE est une perle, un diamant. Comme toute rareté il faut le préserver, ne pas le sacrifier à une déferlante de suppositions encore prématurées. Il semble qu'il soit entouré de belles façons, et c'est heureux.

Le championnat de France Juniors se disputera fin aout dans le Finistère. Croisons les doigts pour Eliott, lui le membre de l'équipe nationale et son avenir en marche, il ferait un bien beau champion-bleu-blanc-rouge ! 

 

 

ANTONIN BRANGER GRANDIT

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout 

L’image contient peut-être : 4 personnes, dont Antonin Branger, personnes souriantes, personnes debout

 

A quelques kilomètres de Montereau en Seine et Marne, à Salins plus exactement, Antonin vit avec ses parents. Il a un frère et une sœur, plus âgés que lui. Avec papa et maman, voici donc constitué dans son intégralité, la garde rapprochée des "Branger". Le 23 juillet dernier, le minot fêtait tout juste ses 19 ans, en famille bien sûr, sans son grand-père (décédé peu auparavant). Eh oui. il est né en 1999, lui le fan de foot, il a raté son rendez-vous avec la première étoile des bleus. Heureusement, la suivante est venue s'ajouter il y a quelques jours seulement ! Inconditionnel de l'OM, Tonin s'intéresse également à tous les sports. Plus particulièrement au cœur du royaume de Martin Fourcade, l'hiver, le biathlon, récemment médiatisé grâce à notre magnifique champion olympique.. Mais pour Antonin, rien ne pourrait le dévier du cyclisme. Son grand bonheur personnel, il l'a vécu en première partie de saison, son étoile à lui, une belle victoire en 2ème caté (photo du bas), lors du prix des vins sancerrois à Verdigny dans le Cher. La volonté se lit sur son visage, au bout d'un sprint rageur, le rictus, comme le fruit du travail enfin récompensé. Ce succès semble avoir galvanisé ses ambitions : - Je veux me donner les moyens d'aller le plus haut possible, afin de ne rien regretter ! Sa jeunesse plaide en sa faveur. En parallèle, il bosse près de chez lui, comme dessinateur dans le secteur de la pétrochimie. Il faut bien assurer l'avenir, le vélo ne devient pas toujours un métier, même quand on l'aime à ce point. Le VC Toucy lui a ouvert les portes il y a deux ans déjà. Il s'y sent plutôt bien : - Je suis content de pouvoir intégrer la DN. Les coureurs les plus expérimentés n'hésitent pas à me délivrer des conseils. Pour un jeune comme moi, c'est un sacré plus !    

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes sur des vélos, vélo et plein air

 

 

Tonin est sur la bonne voie, sans aucun doute. Les mois à venir devront confirmer une progression sensible. A cet instant précis, il est permis de croire au meilleur. Pourquoi pas ? 19 ans, c'est l'âge des rêves, et parfois, quand on le veut très fort, le meilleur arrive. Dans ce sport, le hasard n'a pas de place. Sur un terrain, un dribble chanceux, suivi d'un tir foireux peut se concrétiser en but, en cyclisme, le travail est la seule issue pour gagner ! Antonin Branger l'a bien compris …

- Je vis les choses les unes après les autres. Je fais le maximum pour réussir. Je verrai bien ce que je serai dans dix ans ! 

La tête sur les épaules, l'envie de bien faire, la certitude de devoir travailler dur, c'est le meilleur gage de réussite en effet. Antonin Branger sera probablement intégré complètement à l'équipe DN2 en 2019, ce sera évidemment une étape importante. Les grandes courses élites. Les images plein les yeux. Des anciens et des futurs pros qui lui frôleront les coudes, c'est ça aussi l'amour du cyclisme. On sent bien que cet amour là est ancré dans le sang de Tonin. par ses regards, ses lumières qui s'allument à la moindre émotions sportive. Il a en lui le plaisir de faire ce qu'il aime, et il en est parfaitement conscient.

- Je dois remercier ma famille pour tous les sacrifices qu'ils font depuis mes débuts. Ils m'ont permis d'avancer sur le plan sportif, grâce à leur soutien affectif et matériel. 

Bonne chance à toi Tonin. 

 

 

          

Antonin BRANGER - VC TOUCY                                                    

MATHIEU URBAIN S'AMUSE AU VC TOUCY

Il y a parfois des maillots distinctifs qui parlent. Champion du monde, c'est plus un hurlement qu'une simple causerie non ? Mathieu Urbain a enfilé sa "petite laine irisée" en mai dernier, et par là même, il a mis le feu au camion des pompiers, puisque c'est au milieu de cette corporation qu'il est devenu champion du monde de cyclisme. C'est un titre oui, comme les récompenses nationales que le Troyen avait déjà cueillies en UFOLEP ou FSGT ces dernières années, en cyclo cross. Mathieu Urbain s'amuse de tout ça, c'est son caractère jovial qui le guide. A 24 ans, s'il espère encore devenir pro, il reste lucide :- Je suis peut-être un peu vieux ! son âge ne me semble pas rédhibitoire, mais le fait qu'il n'évolue en FFC que depuis deux ans est une raison pour patienter encore, avant de savoir si cela demeure possible. Mathieu est né le 26 février 1994 dans le chef-lieu de l'Aube, et il réside à Clérey chez ses parents, en pleine campagne. Comme il le dit lui-même, c'est un touche-à-tout. Il ne tient pas en place. Cette saison, il ne fait pourtant que du vélo, afin de franchir le palier qu'il s'était fixé. Il a troqué les pubs de sous-vêtements féminins du team Charlott contre la tenue immaculée du VC Toucy. Cet ancien footballeur aux talons douloureux s'est vu contraint de quitter le stade pour enfourcher sa bicyclette de compétition. - J'avais le choix entre la natation et le vélo, j'ai choisi le vélo ! Lorsqu'il s'ennuie, il aide son père, et comme il aime à le dire : - Je suis coiffeur, apiculteur, pompier, menuisier … il préfère en rire.

Coiffeur ? Oui, il vient d'en terminer avec ses études de tailleur de cheveux, afin de reprendre plus tard l'affaire familiale. Du haut de ses 1m87 il lui faudra sans doute lever le siège de ses clients ! Un sourire, c'est ce que le grand Mathieu sait offrir à volonté. Il fait du vélo aussi pour ça. S'amuser en se donnant à fond, et se régaler d'une passion débordante à tourner les manivelles.

 L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur des vélos, vélo et plein air

Mathieu URBAIN - VC TOUCY 

 S'il ne se prend pas au sérieux, il sait aussi serrer les dents quand il le faut. Pour lui, ou pour les copains, il n'a pas peur. Le VC Toucy a traversé une petite période difficile ces dernières semaines, mais le moral reste au beau fixe. Mathieu, quel est ton plus mauvais souvenir à ce jour ? - Le décès de ma grand-mère, le 31 mars dernier m'a beaucoup marqué ! Il n'y a pas que le vélo dans la vie, évidemment … Et ton meilleur ? - Les moments passés avec ma famille ! Mathieu Urbain s'éclate sur son vélo, mais il est heureux parmi les siens. Il vit comme un passionné. Il l'est aussi par la mécanique et ne manque pas de donner un coup de main au mécano de l'équipe, rien que pour le plaisir, toujours le plaisir. Espérons que la suite de la saison sera encore plus fructueuse que la première partie qui l'a vu triompher il y a peu lors du souvenir Georges Belair (photo), une belle organisation de l'AC Saltusien emmené par Eddy Bèvre et Olivier Belair, le fils de Georges. Mathieu Urbain a encore trois mois devant lui pour se donner de nouveaux frissons.