BARBARA FONSECA DONNE DES "ELLES" AU VELO
03/03/2017
LE NOUVEAU MONDE DE KEVIN LE CUNFF
31/01/2017
AURELIEN LIONNET SIGNE A ROANNE
04/10/2016
ALEP ROUGE SANG
23/09/2016
VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...
30/08/2016


BARBARA FONSECA DONNE DES "ELLES" AU VELO
         
"Donnons des elles au vélo"
 
 
C'est un projet original qui consiste à mettre en valeur les femmes, en priorité les pratiquantes assidues du sport cycliste, tout en faisant l'apologie de celui-ci. Un jour avant les pros, une dizaine de jolies minois vont parcourir chaque étape du tour de France 2017, du premier au dernier jour, avec comme identique apothéose le fier asphalte des champs Elysées. Tout est parti en 2014 de la création d'une équipe 100 % féminine, dans l'Essonne. Sorti de l'imagination de Claire Floret et Mathieu Istil, "donnons des elles au vélo" a pris son envol presque initiatiquement. Le club est structuré autour d'une équipe DN (dans laquelle évolue une autre sénonaise, Julie POSENATO), laissant une place au niveau régional et aussi aux échanges loisirs, comme une porte ouverte à toutes. Le côté "je fais le tour" est évidemment d'une grande valeur athlétique, mais en même temps, il garde un côté ludique qui va comme un gant à l'esprit du CO Courcouronnes Cyclisme féminin. Le tour de France en amuse-gueule ? Barbara FONSECA fait parti de celles qui vont tenter de mener cette belle idée à terme. L'ancienne coureuse du VC Sens et du comité de bourgogne, aujourd'hui âgée de 26 ans, s'est investie dans ce défi sportif et convivial. Elle a oublié le dossard sur une épreuve cycliste depuis quelques saisons déjà, mais cette année, en attendant, elle a encore des comptes à rendre à son club de triathlon jusqu'à fin avril. 
- Après, je basculerai sur des sorties plus longues pour arriver en confiance sur notre projet. J'ai tellement de souvenirs sur mon vélo ! Avec le VC Sens (les premiers), et puis juste le plaisir d'être aux avants postes, les copains du club, Florian, Anthony, de si merveilleux souvenirs. J'étais la seule fille de mon âge, on s'éclatait tous ensemble ...
- Après cette expérience nouvelle, je repartirai peut-être en compet avec l'équipe, qui sait ?
 
 
 
                                                                                                    Le projet "Donnons des elles au vélo" 2017 est en marche 
 
Qui de plus féminin que notre Babou sénonaise pouvait prendre une place dans cet article de femmes sportives ? Pour porter la belle parole d'une vraie militante du vélo féminin, et rendre crédibles les beaux yeux et les rouges à lèvres de celles qui charmeront les avant routes du tour cet été, elle devenait incontournable. En tenue de ville comme en tenue de cycliste, elle sait y faire pour offrir son savoir et son intelligence. Prof de sport en banlieue "raisonnable", à Créteil pas toujours soleil, ce n'est pas un problème pour Barbara qui aime les défis nouveaux. Elle est là pour quelques temps dit-elle.
"Donnons des elles au vélo" mêle son goût de l'effort à celui de l'amitié et de la découverte de l'autre. C'est donc grâce à ce club atypique, à Courcouronnes mode girls, que cet évènement aura lieu de nouveau. Espérons qu'il sera suffisamment médiatisé, et ce serait judicieux, suite à l'annonce de la disparition de la grande boucle au féminin ...
Barbara Fonseca ne sera pas de trop pour convaincre les spectateurs. Elles seront 11 filles hyper motivées pour parcourir les routes des champions de juillet.
 
Voici la liste des participantes et donc chanceuses et courageuses :

CLAIRE FLORET (celle qui a fait naître le projet), ALEXIA BUZZI (fan de Peter Sagan), JULIE COTTELS (la grimpeuse), MARINE THIEBAUT (la skieuse), ANNA BARRERO et PILAR VIDAL (les catalanes), TETIANA KALACHOVA (l'ukrainienne), CELINE BACKAERT (capitaine de route), ISABELLE BARTHE-FRANQUIN, SOLENE LEDOUAIRON en voilà dix ! La onzième ? Evidemment BARBARA FONSECA ! Depuis qu'elle a cessé de courir, parallèlement à ses études, elle a touché à bien d'autres sports. L'athlétisme, le trek, l'escalade, le triathlon, le ski rando ... Barbara aime ça !
- J'ai changé plusieurs fois de régions, j'ai découvert de nouvelles personnes. J'aime ce que je fais. 
Elle a un petit flash du passé qui lui revient : - Ah oui, les championnats de France, quel horreur ! Je me préparais bien plus que je ne le faisais pour les autres épreuves. Pour aucun résultat probant ou presque. Sans doute que j'en faisais trop !
Probablement aussi que le stress faisait son œuvre.
Barbara fera donc l'avant tour avec ses copines de l'Essonne, et là, le stress sera atténué par l'amitié, le partage des émotions et des efforts. 
 
 L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan
Barbara FONSECA 
 
Barbara FONSECA se rappelle encore :
 - Ma chance fut d'avoir des parents extérieurs au milieu du vélo. Ils ne vivaient pas leurs rêves à travers moi. Ils étaient toujours contents de ce que je pouvais faire. Cela me permettait en cas d'échec de passer rapidement à autre chose !
"Donnons des elles au vélo", c'est très important.
Le cyclisme féminin y gagnera encore.
Le CO Courcouronnes Cyclisme féminin a donc un autre tour dans son sac !
Puisse t-il aux côtés de Barbara, réussir longtemps à charmer les fans de vélo que nous sommes.
 
Vive le cyclisme féminin. 
 
LE NOUVEAU MONDE DE KEVIN LE CUNFF

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, debout, nuage, ciel, océan, plein air et nature

Passer Pro à 28 ans, ce n'est pas si souvent que cela arrive, mais il n'est quand même pas le premier à gouter a cette expérience tardive. D'autres avant lui se sont offert une belle revanche sur leur manque de précocité. Jean-Christophe Péraud, second du tour de France 2014 à l'âge de 37 ans en est un exemple criant. Pour Kévin Le Cunff, la vie est belle de toute façon. Et puis, quitter la réserve amateur d'Auber 93 pour rejoindre le groupe HP-BTP auber 93 de Stéphane Javalet, c'est somme toute d'une logique imparable. Dimanche 29 janvier 2017, en début d'après-midi, Kévin et son stress compréhensible ont pris le départ du Grand Prix de la marseillaise, ouverture habituelle d'une nouvelle saison en France. Pour lui, c'était le grand jour, évidemment, le jour dont il a tant rêvé. Sans doute que sa salive séchait au fond de sa gorge, mais le début d'une belle aventure pouvait inévitablement commencer. Pour se retrouver là, il en a fait du chemin le petit Kévin ! Il a du souffrir aussi au travers de nombreuses blessures qui l'ont sans doute empêché de découvrir ce nouveau monde un peu plus tôt. Mais Kévin Le Cunff, malgré tout, c'est du solide ! Bon cyclo cross man et vététiste pendant longtemps, il a fait de la route son objectif principal, avec là encore un peu de retard à l'allumage. En vérité, il n'a fait que suivre son guide, lui même, préférant le fun au pragmatisme, et le plaisir à l'obligé ... A présent, sa route tracée est celle d'un technicien de l'industrie aéronautique qui a sollicité un congés sabbatique, pour vivre une vie un peu plus sympathique. Où est le hic ? Il n'y en a pas ! Il file sur le fil du bonheur d'un sportif enfin accompli. Je sais que ce garçon a un talent humain d'abord, proche des gens, amical et à l'écoute. Il prouve aux sceptiques, aux jaloux, et aux incrédules, que sur son vélo  il a également le talent et la finesse de son esprit sain. Il est déjà loin ce jour de septembre 2010, lorsque assis à mes côtés, au 3/4 de la côte d'arrivée d'Epinay sur orge, nous regardions se dérouler l'épreuve organisée par mes amis de l'AS Corbeil-Essonnes. Ce jour là, nous avions évoqué la saison écoulée. Une saison que nous devions passer ensemble à Marcoussis, mais qu'un de ses genoux récalcitrant nous avait contraint de ranger au placard. Le doute était alors au rendez-vous. Heureusement, la chance à tourner. Cette épée injustement placée au dessus de sa tête, allait disparaître petit à petit pour que ses suppliques soient entendues. Pro en 2017 ? Kévin a défié tous les pronostics possibles. Il y a seulement deux ans en arrière, peu de gens aurait parié dessus ! Alors, il va, il doit s'éclater dans un rôle de découvreur, un rôle qui lui va si bien. Kévin Le Cunff mérite d'être là. - Passe les plus beaux moments que tu puisses imaginer mon pote !

 

 Un petit questionnaire pour Kévin :

1) Il y a cinq ans pensais-tu te retrouver sur la ligne de départ d'un Grand Prix de la marseillaise ? Absolument pas ! Je n'avais jamais gagné une première caté. J'ai repris le vélo pour le plaisir ...

2) Ton contrat s'étale sur quelle durée ? Mon contrat est d'un an seulement. A moi d'apprendre vite le métier, et de montrer que je suis à la hauteur. 

3) Et maintenant, quelles sont tes ambitions ? Gagner une classe 1, ce serait le top ! Une manche de coupe de France, pour l'équipe, et pour moi même, ce serait génial !

4) Comment as-tu gérer ta situation professionnelle établie par rapport à ton contrat cycliste ? J'ai pris une année sabbatique à la SNECMA. Si je fais une bonne saison, ça devrait évoluer.

5) Comment t'imagines-tu en 2020 ? Soyons fous ! En 2020, je me vois en continentale pro. Je ferai un grand tour dans l'année ...ou sinon, je serai à l'usine, mais j'aurais tout donné pour réussir dans le sport que j'aime.

*Il y a des histoires qui méritent de finir bien. Celle-ci me semble en faire partie. D'abord parce que Kévin Le Cunff est avant tout un type bien, que ça n'a pas toujours été facile pour lui, et que contrairement à beaucoup de champions imaginaires, il a entre les mains un vrai métier. La force est souvent issue de la difficulté. Je sais par où il est passé. Impuissant devant ses problèmes physiques. Impuissant face à des médecins qui ne savent plus quoi lui dire pour le consoler. Il a faillit passer à côté, alors maintenant qu'il est là, tant qu'il le pourra, il restera chez les pros !

 

AURELIEN LIONNET SIGNE A ROANNE

2017 sera une année importante pour Aurélien LIONNET. En effet, après avoir passé cinq ans dans l'Yonne, avec le VC Toucy et sa DN2 familiale, il a décidé de vivre une autre aventure. A 22 ans, il estime à juste titre qu'il pourrait avoir le droit lui aussi à son lot de lumière. Jusqu'ici, sa carrière qui semblait pourtant partie en fanfare, fut ensuite souvent perturbée par une malchance tenace. Notamment, avec des saisons jamais finies ou mal entamées, à cause de douleurs récurrentes à des endroits trop indispensables pour que le cycliste puisse s'en passer. Aurélien marche au moral certes, mais le vélo de compétition est de toute façon déjà tellement difficile quand on est en bonne santé, que les blessures à répétitions deviennent vites synonymes de missions impossibles, pour n'importe quel coureur.

                                                  L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur des vélos, vélo, plein air et nature

                                                                                                  Aurélien LIONNET et ses nouvelles couleurs

 La santé a eu la gentillesse de revenir lui faire un clin d’œil amical à un moment opportun de sa carrière. Les années chaotiques et parsemées d'embûches ont vécu, et du coup, "Aurel" "peut à nouveau s'imaginer comme un acteur d'avant-postes à l'avenir doré. Sa saison 2016 fut celle d'un retour aux affaires progressif, et d'une véritable envie de repenser son meilleur niveau. Des succès d'estime dans la catégorie inférieure (2ème caté), et des échappées significatives dans de belles épreuves de haut niveau élites, attestent d'une bonne dynamique retrouvée. En choisissant la DN1 du C.R4.C Roanne pour 2017, il monte d'un cran dans la hiérarchie nationale. Le club du département de la Loire fait partie des meilleurs de l’hexagone, et son arrivée est une aubaine pour les deux clans concernées. Aurélien, sans aucun élément perturbateur, deviendra très vite un pilier du "team roannais", celui-ci étant présent à ce niveau depuis des lustres, saura en tirer la quintessence.

Malgré tout, le gosse de La Rivière de Corps (banlieue troyenne) n'oubliera jamais Toucy et ses hommes providentiels. - Après l'ASPTT Troyes en cadet 2 et Junior1, David HAN devint mon entraîneur en junior 2, c'est comme ça que je suis arrivé à Toucy ! Il m'a beaucoup apporté pour la qualité des entraînements et pour tous les à côtés aussi. Un jour, au stage de pré-saison, je mangeais des céréales à 16 h pour mon goûter, mais il m'a pourri. J'aurais voulu lui balancer dans la tronche, mais il avait raison ...Grâce à lui, j'ai avancé. 

Des saisons de plaisir partagé avec des amis. - Benjamin PASCUAL et Benoit GEOFFROY sont devenus mes 2ème et 3ème pères (rires). Quand j'ai un truc en tête, je leur demande leur avis. J'ai vraiment passé de supers moments dans ce club et je remercie Philippe le président qui se bat toujours pour que l'équipe perdure, sa femme, Victor son fils (toute la famille Gerbault). Et puis bien sûr tous les coureurs que j'ai côtoyé pour la plupart dans la bonne humeur. Mention spéciale à mon Jojo, notre mécano incomparable, que je n'oublierai jamais.

 Là bas, à Toucy, il restera sans doute un petit morceau d'âme d'Aurélien LIONNET. En tous cas, on sent bien que son départ vers d'autre horizons ne se fait pas sans tourments, ce qui est bien légitime après de si beaux souvenirs. Et puis, il y a fait ses premières armes au niveau élites et je me souviens qu'un dimanche soir de podium sur l'exigeant circuit de Saône et Loire 2014, nous avions tous eu le sentiment que le gamin allait prendre son envol ...

 Malheureusement, la blessure et la douleur insidieuse eurent la mauvaise idée de s'installer durablement dans son corps de champion potentiel. Depuis, il y eut des hauts et des bas, coïncidant le plus souvent avec un genou, une cheville, un muscle, tous injustes envers leur fidèle partenaire de vie. Aurélien LIONNET a fait fi de tous ses soucis, et maintenant il se sent prêt à relever ce défi, en espérant que la chance va tourner, et que ses jambes vont accepter de faire des merveilles. L'ancien gardien de but des équipes de jeunes du côté de Troyes, aimerait bien mettre quelques victoires au fond des filets de ses ambitions. Ses ambitions ? Elles sont louables, et le potentiel de ce garçon mérite bien qu'il lorgne vers le haut : - J'ai envie de gagner des courses avec les copains. Une belle élite me ferait grand plaisir oui. Aurélien aura à cœur de montrer que son talent a retrouvé sa liberté, et parallèlement, il n'oubliera pas non plus d’obtenir son DCG, un diplôme de compta gestion qu'il passera en deux ans. Roanne a fait là une belle recrue. Aurélien LIONNET, c'est juste un vrai coureur en attente d'une reconnaissance imminente.

ALEP ROUGE SANG

La Syrie fut l'un des plus beaux endroits de la planète. Alep, la vieille ville, classée patrimoine mondial de l'humanité bien avant le 21ème siècle (dans les années 80). Qu'en reste t-il ? La guerre l'a saupoudrée de ses bombes incessantes. Cette saloperie de guerre a pulvérisé des trésors de l'architecture, des hôpitaux, des écoles, et tout ce qui pourrait nous faire croire qu'il y fait encore bon vivre.

Alep est au nord du pays, et c'est là que le noyau de ce conflit s'est senti grandir dans l'horreur.Surtout actée pour le pétrole et autres ressources locales, mais officiellement déclarée pour renverser le gouvernement en place soit disant trop injuste. Mais le pilonnage de milliers de civils est-il juste ? Alep compte ses morts. 300 000 depuis cinq ans ! La trêve ? Ce sont les justiciers de l'occident qui la décide quand ils le veulent. La trêve ? Elle n'est jamais durable. La politique est désormais la honte du monde entier. Les désirs royaux des chefs en costards cravates continuent d'assassiner des innocents et nous cautionnons cela malgré nous, parce que nos mains sont vides de pouvoir. Nous sommes obligés d'accepter le joug des menteurs, la loi des nantis, le rêve des inquisiteurs, les objectifs électoraux des fous du nombrilisme. Alep la magnifique est en ruine, et après chaque attentat, on veut nous faire croire que rien n'autorise personne à se venger d'une ville ensanglantée. Là bas en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Lybie, ils doivent certainement penser autrement !

 

                                                                           Le centre historique d'Alep !

 Le monde est devenu fou, aussi fou qu'au temps de la guerre de cent ans ! Nous ne sommes pas en présence de royaumes, ni des plantagenêts, des valois, ou des capétiens, mais nous sommes au moins aussi cons ... Et les richissimes habitants de cette terre en veulent encore et toujours plus. Leurs allégeances à des pays belliqueux tuent des femmes, des enfants, des vieillards, pour poser leurs valises de "colons potentiels" sur une terre qui a eu le malheur d’engloutir de l'or noire, de l'uranium ou je ne sais quoi encore ... Les mêmes salopards nous ressassent à "volo" une crise qu'ils ont eux mêmes fabriqué ... Et pendant ce temps Alep rougie de son sang ! 

 

VRAI COMME ADRIEN GUILLONNET ...

- On est tous super contents de s'être défoncés pour Adri, comme il sait si bien le faire pour nous ! La phrase de Jérémy Cabot, le leader du SCO Dijon, après la victoire finale d'Adrien Guillonnet au tour du Piémont-Pyrénéen, en dit long sur le respect que ses coéquipiers ont pour ce garçon simple, volontaire et efficace.

 Résultat d’images pour photo tour du piémont pyrénéen

Adrien GUILLONNET  à la remise des récompenses

Certes, sa victoire s'est construite sur ses qualités de grimpeur, notamment après l'enfilade soulor-aubisque du deuxième jour. Mais ensuite, le maillot jaune sur les épaules, Adrien Guillonnet a dû faire face à une nouveauté. D'habitude, pour défendre les intérêts d'un Jerem, il fait le tempo, va chercher les garçons dangereux, bouge, écrase, étire le peloton, mais cette fois-ci, il avait devant lui un scénario écrit pour d'autres ... Alors, il dût se retenir, rester dans le sillage de ses coéquipiers pendant un long moment, souffrir de ne pas être lui-même. Il a réussi non sans mal à canaliser ses ardeurs, à prendre le rôle de leader, ce qui n'est pas simple quand on a l'âme d'un maître de l'offrande et du plaisir à faire cadeau de son talent à la communauté.

Aujourd'hui, on pourrait croire qu'Adrien a changé. Que cette superbe victoire va le transformer en un guerrier individualiste, comme le sont la plupart des héros de ce sport magnifique. La sueur de ses collègues, qui coule sans compter pour lui faire conserver son acquit le dernier jour, lui a fait grand plaisir. Au téléphone pour le débrief, il m'a vanté tout d'abord le mérite de Quentin Bernier, Guillaume Gauthier, Julien Souton, Jérémy Defaye, Louis Louvet, et évidemment Jérémy Cabot pour lequel il décrocherait la lune s'il le pouvait ! Adri est comme ça, toujours à minimiser ses performances et son talent criant. Sans doute ne     sait-il pas à quel point il est performant, où peut-être n'a t-il pas la vocation ni la prétention d'un homme de la lumière. Jérémy Cabot dit d'ailleurs de lui : Il est très fort, mais il ne s'en rend pas bien compte !

 Résultat d’images pour photo adrien guillonnet

                                                    Adrien GUILLONNET, avec sa belle tenue de champion de Bourgogne-Franche comté

Ah c'est vrai qu'il en a franchi des paliers depuis qu'à l'AS Marcoussis en 2009, alors cadet 2, il épingla son premier dossard. Un dimanche matin d'hiver, j'avais repéré que ce môme, avec ses allures improbables, suivait plutôt bien les accélérations des meilleurs pendant la soixantaine de kilomètres qui lui étaient autorisés de faire. Depuis ce jour, je suis fier et heureux d'avoir partagé avec lui tous ces moments qui l'ont fait grandir. Le VC Toucy et maintenant le SCO Dijon ont parfaitement entouré ce gamin aussi intelligent que joueur. Il pourrait même devenir présentateur télé à la météo tellement il se sent concerné par la vitesse du vent, ou la taille des nuages ... Boute-en-train, c'est aussi sa marque de fabrique, avec son humour masqué, et sa dégaine maquillée d'un sourire communicatif. Adrien Guillonnet va reprendre ses cours en septembre, à Lyon, comme si son avenir sportif était en pass'cyclisme ! Beaucoup sont persuadés qu'il a les moyens d'aller encore plus haut, moi le premier, puisque je sais que sa marge de progression est grande. Alors, quand je lui demande si le monde professionnel l'intéresse, sa réponse n'est pas étonnante : - De moins en moins ! Je pense que le manque de discernement de certaines équipes y est pour beaucoup. Je crois qu'Adrien Guillonnet est aujourd'hui un vrai coureur, et que les directeurs sportifs devraient cocher son nom sur leur agenda. L'abnégation est aussi une qualité importante dans ce milieu. En tous cas, avec son air de ne pas y toucher, le tour du piémont pyrénéen est sa cinquième victoire élites depuis ses débuts à ce niveau. Et puis, le champion de bourgogne-franche comté (le premier de l'histoire du regroupement des région) c'est lui ! Il n'en parlera à personne, à moins que l'on ne l'attache et le torture, mais le vélo c'est quand même l'un de ses moteurs de vie principal. Il y a en ce garçon une sorte de positivité absolue. La recherche de l'optimisation de l'instant présent. Quand je lui ai demandé comment il s'imaginait dans dix ans il m'a dit : - Je ne sais pas comment j'imagine demain, alors dans dix ans !

Un jour, ce garçon va nous étonner encore