ALNA BURATO UNE BELLE IMAGE DU VELO
28/02/2017
LE GRAAL DE JEROME GREVIN
24/11/2016
LEON DE MAI
18/05/2016
ROMAN BONA, LE PLAISIR D’ÊTRE LA
02/05/2016
LOLO LA JOUE EN SOLO
03/04/2016
LE FRISSON D'UN ALBUM POUR VICTORIA
03/03/2016
LAURE BOUTELOUP L'A FAIT !
10/01/2016
SANA, LA FILLE D'EN BAS...
25/11/2015
LE MOME DU BATACLAN
16/11/2015
LE SIECLE DU MENSONGE
20/05/2015
LE COUP DE GUEULE DU FLEUVE ROUGE
01/02/2015
ENCORE UNE YEAR
26/12/2014
UN JOUR PEUT-ETRE ...ELLIE CROQUISON
25/05/2014
ROMAIN BACON A TOUT COMPRIS
02/04/2014
SOTCHI LA HONTE
16/02/2014
S Q Y, AU BONHEUR DE JEFF
20/01/2014
GUILLAUME JUDAS, LE TALENT N'A PAS D'AGE
09/09/2013
L'EXIL DE VINCENT GIRARDIN
26/05/2013
LA PASSION SELON KELLY GAMBIER
12/05/2013
ANTOINE GORICHON MERITAIT BIEN CA !
23/04/2013
LA MARCHE D'ELO
05/04/2013
VICTOR ...UN AUTRE LEBLOND !
08/08/2012
DAVID BOUILLAUX, LA VIE CONTINUE ...
03/06/2012
NOM : LEBLOND PRENOM : ALLIAUME
03/04/2012
BENJAMIN PASCUAL IS BACK
16/03/2011
LE DIJONNAIS NOUVEAU EST ARRIVE
09/02/2011
L'AVENIR C'EST ALLIAUME LEBLOND
29/09/2010
MICKAEL DUPUIS COURT TOUJOURS...
07/02/2010
ADRIEN GUILLONNET LE DEBUTANT
08/06/2009
REMY GAUTHIER:DU RAP A LA POLICE
27/04/2009
BARBARA FONSECA CONJUGUE LE CYCLISME AU FEMININ
02/04/2009
CLEMENT + DAMIEN = MAS
31/03/2009
CHRISTIAN MOLLET: LA GINGUETTE VA FERMER SES VOLETS
12/03/2009


LE FRISSON D'UN ALBUM POUR VICTORIA

18 ans, c'est le moment des plus grands rêves !

Née le 19 novembre 1997 à Montereau, Victoria Thoizon est une artiste qui a beaucoup travaillé, tellement travaillé qu'elle en est devenue une vraie pro. Aujourd'hui, elle flirte sur le "London dream", comme le clip qu'elle vient de tourner dans la capitale anglaise. Tout près des idylles cinématographiques de Hugh Grant et Julia Roberts, à Notting Hill. Pour la circonstance, elle s'y balade sur une mélodie plutôt sympa et rafraîchissante ! Notting Hill ? Il n' y a pas de hasard, elle vient d’obtenir un bac de cinéma, alors comme elle se délecte de tous les arts, l'écriture de ce scénario est quasi parfaite !

Son père Philippe est musicien lui aussi. Bon sang ne saurait mentir ! Depuis son plus jeune age, Victoria le suit lors de ses tournées, et son avenir ne pouvait pas choisir une autre route. Le son des instruments, le croisement de guitares ou de voix aussi magnifiques que la sienne, rien qu'en se promenant sur la vie de ses géniteurs... des carrières se sont construites pour moins que ça !

 

  

Victoria, 18 ans, une jolie jeune femme qui a choisi la musique comme bonheur permanent ! 

 

Victoria, c'est son nom de scène, distille dans les rues de Londres une sorte de pop folk (The thing) très agréable à écouter. et sans doute n'est-ce là que les prémices d'un talent aux portes de la reconnaissance. Elle se dit influencée par Amy Winehouse, Adèle, ou Lady Gaga. Que de belles adresses à visiter ! Sa voix est une merveille. Sa façon de voir la musique est restée simple et admirative : - Je suis une vraie passionnée. Si j'ai un coup de cœur pour un artiste, j'ai besoin de tout savoir sur lui !  J'ai flashé sur "Christine and the queens" et Yael Naïm.

Elle a également beaucoup d'humour la môme de Pont sur Yonne, puisqu'elle se marre sans compter devant les "one woman show" de l'humoriste Florence Foresti.

Evidemment, Victoria est comme toutes les jeunes femmes de son age. Elle aime aussi sortir avec ses amis, ou encore faire les magasins pour chiner une tenue originale. Sa vie est désormais axée sur l'écriture de son premier album, d'où "The thing" est l'extrait initial. Elle rendra sa copie terminée au cours de cette année, comme un bien joli cadeau à sa vie d'artiste. Nul doute que ses morceaux captiveront de nombreuses âmes, Victoria est pressée de le savoir.

Je crois que tout est en place pour sa réussite. En attendant, je peux vous conseiller d'aller écouter "the thing" sur Youtube !

 

LAURE BOUTELOUP L'A FAIT !

Ce dimanche 10 janvier 2016 restera un souvenir merveilleux pour Laure, sa famille, et ses amis.

                                    Quoi de plus beau que d'atteindre son objectif devant les siens ? Imaginé depuis des mois, le scénario consistant à escalader une marche du podium bleu blanc rouge, fusse t-elle la troisième, s'est réalisé comme dans un conte de fée ! Tenir ses enfants avant d'entendre la marseillaise retentir, même pour sa voisine, c'est déjà de sacrés frissons à vivre, et Laure l'a fait !

 

Cette photo reflète parfaitement la réalité. Laure BOUTELOUP a réussi à concilier le sport et sa vie de famille.

Vice championne de France de cyclo cross, ce n'est pas rien ! A Besançon, sur un circuit magnifiquement tracé, un terrain boueux et glissant, la maman de trois enfants a offert un cadeau formidable à tous ceux qui l'aiment et qui rêvaient de la voir grimper sur le podium national. J'avoue volontiers que sans connaitre vraiment cette femme, j'ai beaucoup de respect pour elle. Je lui tire ma grande révérence pour tout ce qu'elle donne à son sport et à ses proches, en menant une existence normale, campée sur la vérité et la discrétion ! Beaucoup de travail et de volonté. Beaucoup de sacrifices et d'abnégation. Beaucoup de sueurs et de sollicitudes. Tout ça, c'est la recette Laure Bouteloup ! Elle a décidé d'être une vraie sportive sans pour autant renoncer à une vie de partage et d'ouverture d'esprit. 

 Sur le parcours à embûches mis en place dans le chef lieu du Doubs, elle n'a pas pu résister à la favorite Caroline Mani, mais elle a dominé la vindicte des "podiumables", en allant conquérir la médaille d'argent de haute lutte. Quel plaisir de la voir franchir cette ligne d'arrivée avec son beau sourire recouvert d'une terre collante, et son poing levé vers le ciel, juste à l'entrée de la dernière ligne droite. Quel plaisir de constater que tous ses silences de concentration d'avant course, ont débouché sur la libération d'un cri de joie, en récompense de tellement d'efforts consentis. Il y a un an presque jour pour jour, sa 7ème place lors du championnat de France de Pontchâteau lui avait ouvert les portes du rêve. Elle a bossé dur entre les heures de magasin avec Yohan son mari, sa condition de mère poule auprès de Valentin, d'Alexis et de Victor, les rejetons qui l'ont accompagné jusque sur le podium de Besançon (photo ci-dessus) ! Elle a fait le job comme disent les pros, mais eux ont certainement beaucoup moins de soucis à gérer autour de leur vélo !

 

Si Laure est en argent aujourd'hui, ce n'est que justice. A 35 ans, la francilienne est encore plutôt tonique, à l'image de son idole belge, Sven Nijs toujours présent aux avants postes des épreuves de coupe du monde de la spécialité, malgré une quarantaine approchante. Laure a donc encore un peu de temps devant elle, et elle pourrait obtenir encore le droit de monter sur les plots du bonheur de championne, mais il semble qu'elle en ait décidé autrement : - Je vais finir la saison de cross et probablement stopper là dessus ! L'an passé, j'avais dit que je m'arrêterais puis j'ai continué, mais là, je pense que je vais garder cette saison géniale comme dernier souvenir de moi même en tant que compétitrice ! Pour l'instant, elle savoure sa performance, gravée à jamais dans sa mémoire, comme un souvenir inoubliable et marqué au fer sur son cortex. Laure sait bien que seule elle n'aurait pas réussi son pari. Yoann son mari a toujours été présent, et puis ses parents pour garder les petits quand cela était nécessaire, notamment pour les entraînements. - Yoann se met en quatre pour que tout aille pour le mieux. Je remercie mes parents, ma belle famille qui me soutiennent. Flo et Mylène, Bastien et Marlène, mais aussi Christophe, qui depuis longtemps prend de son temps pour venir s’entraîner avec moi. Parce que tous comprennent cette vie décalée d'une sportive avec tout ce que cela représente comme inconvénient. Manu et Laulau, mes meilleurs potes, toujours présents ainsi que Alain et Danièle. Tous ces gens ont en eux un morceau de ma médaille.

2ème du championnat de France élites c'est une vraie performance, surtout  quand on analyse toutes les contraintes obligatoires dans un contexte de vie familiale ordinaire. - A quelques mètres de la ligne je me suis dit : Putain, je l'ai fait, je l'ai fait ! Nous nous sommes étreint Yoann et moi. Il y a eu une belle émotion partagée.

A Besançon, le sourire de Laure Bouteloup et de toute sa famille était celui de la fierté, simple et naturelle. Le sourire du travail bien fait, et çà fait du bien de comprendre ça ! 

SANA, LA FILLE D'EN BAS...

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne veux plus voir la rue.

Je n'aime plus ce qui s'y passe. 

Où se sont envolés les guitaristes, les joueurs de rock, les accords de blues, les mots bleus qui dansaient sur le pavé et dans nos têtes. J'ai cru longtemps à l'intelligence des hommes, et puis, aujourd'hui, j'ai tout compris.

J'ai lu et relu les livres d'histoire, ils me fredonnent encore et toujours la même chanson. Le sang coule de tous siècles, et au 21ème, rien n' a changé ! La mort rode en bas de chez moi. Je ferme les yeux, il pleut, la ville fait du bruit, je ne suis pas prête de m'endormir.

J'essaie de rêver éveillée.

Je m'appelle Sana, j'ai 18 ans, je n'irai plus jamais boire un verre à la terrasse d'un café. J'ai cru mourir. Je suis presque morte d'ailleurs. Peut-être y avait-il des amis assis à côté de moi !

Je ne sais plus ...

J'ai peur de l'apprendre.

J'ai vu l'horreur passer. En quelques minutes, le vent de la haine a balayé toutes les tables et la vie de tant d'innocents. Comment pourrais-je encore regarder dehors ?

Je veux partir loin d'ici.

Je ne peux plus me contenter de revivre cette nuit de folie. Mon pays est en guerre ! Il y a à peine quelques semaines j'étais heureuse de fêter mon BAC avec les copains. Maintenant, je me sens impuissante à rire, impuissante à vivre, impuissante à serrer les poings.

Je veux dormir et me réveiller en me disant que c'était un cauchemar ... 

 

LE MOME DU BATACLAN

Je viens d'arriver dans la salle.

J'en ai rêvé, comme on peut rêver nous les gosses ! Afficher l'image d'origine

Je suis bien installé, tout près des musiciens. Il y a beaucoup de bruit. Le monsieur à côté de moi chante comme un forcené. Il doit être complètement fou, mais il a l'air gentil ! Des frissons poussent sur ma peau, je suis heureux. Mes parents sourient, il y a longtemps que je ne les avais pas vu sourire ainsi ! J'entends des notes magnifiques. Elles s'envolent si loin, si haut ... 

Maman me serre fort pour me faire partager ces moments merveilleux. C'est chouette les artistes. Je fredonne une mélodie avec le public : la la la la la ... Je me surprends à danser sur mon siège. Je suis pressé d'être adulte, parce qu'à douze ans on ne comprend pas toujours tout ! Le chanteur s'en va ... Des pétards résonnent au fond de la salle. Je suis étonné que les gens face autant de remue-ménage. Ils gênent sans doute les musiciens ! Et puis pourquoi j'entends crier ? Tout d'un coup, j'ai très peur de ce que je vois. Je me retourne sans cesse, il y a des ombres qui bougent ! Des lumières minuscules et éphémères. Des hurlements. Des pleurs. De la souffrance en flamme et des gémissements en feu.

Je me retrouve allongé par terre comme mon chien Youki quand il veut jouer, mais ce n'est pas un jeu.

Pourquoi le monsieur ne bouge plus ? 

Afficher l'image d'origine

 

En une seconde je devine ce qui m'attend ! On dirait un de ces films avec plein de monde qui tombe ! J'ai compris que notre avenir était en pointillé. Les "kalaches" découpent l'air à la hache !  Je n'ai rien fait pour mériter ça ! Je suis là, je me sens tout petit, comme une mouche qui va se faire écraser.

Et puis, je me vois courir à perdre haleine. J'ai un espoir fou, celui de survivre. Plus je cours vite, plus j'ai de chance de m'en sortir. Je suis dehors puisque je sens l'air frais me caresser les narines ! Je suis sauvé !!!!

Où sont papa et maman ? 

Ouf, les voilà ! 

Je suis le môme du bataclan ... 

 

LE SIECLE DU MENSONGE

2015, 21ème siècle, le temps ne semble pas gérer au mieux les douleurs des résidants de la planète terre. Le monde politique fait croire encore et toujours à ses irréductibles défenseurs, que la solution viendra d'eux ... probablement par l'opération du Saint-Esprit !

- Tu bosses mec ? - Alors tu as intérêt d'engranger les paies au delà de la moyenne, sinon, il ne te restera à la fin du mois, guère plus que celui qui ne bosse pas !

Effrayant constat digne d'une conversation de bistrot !

L'impôt sur le revenu est une aberration pour les salaires "moyens" et célibataires, à tel point que le calcul fait, je gagnerais plus si je demandais à mon patron de ne me verser que 70 % de mon dû !!!

Why ? Et bien j'aurais alors droit à une APL, et mes impôts sur le revenu diminueraient des deux tiers ! Magnifique encouragement à se lever le matin non ? Enfin, je dois admettre que l'aberration ne concerne pas uniquement ma seule tranche, mais égoïstement je parle simplement de celle qui me préoccupe. Le prélèvement direct sur les revenus serait le bienvenu pour de nombreuses familles. Ce mode de fonctionnement est en place en Allemagne depuis 1925 ! Aux Pays-Bas depuis 1941 ! Au Danemark depuis 1970, et en Espagne depuis 1979 !  En France, c'est une promesse électorale depuis des lustres ...

 Le "travaillez plus pour gagner plus" de l'imposteur précédent, n'avait pour autant rien changé aux incohérences de ce genres là. La vie est suspendue à la suprématie d'une élite dépensière et malhonnête, et cette élite là nous crache à la gueule en permanence. Ceux qui nous gouvernent, de droite à gauche, depuis des décennies, nous racontent la messe, nous demandent de souffrir de plus en plus en se permettant eux de souffrir de moins en moins, et en ajoutant des lignes supplémentaires à leur patrimoine.

La crédulité d'une grande majorité du peuple, s'imagine que tout va s'arranger sans le sang, mais c'est malheureusement déjà impossible ! Les livres d'histoire nous rappellent que le sang est toujours le dénouement des situations aux injustices trop flagrantes. La guerre est déjà déclarée ! Il ne s'agit pas de tranchées, ni de combats à la baïonnette, mais l'Europe meurt pourtant à petit feu. Elle s'est installée bourgeoisement dans l'opulence des dictateurs acidulés, minorité débordante, et dans la pauvreté des ressortissants lambda, aussi nombreux que les ouvrières dans un essaim d'abeilles. Le partage des richesses n'existe pas, et partage en l'occurrence ne veut pas dire distribution aveugle, mais plutôt justice de l'humanité. Les hommes de pouvoir se rallient à la finance, aux banques milliardaires à dégueuler et ventripotentes, repus par les excès en tous genres. Les images que l'on nous rapporte sont voilées. Les vérités sont tues, pour nous balader au rythme de médias complaisants. Ceux qui essaient de sortir du rang (infos, spectacles, trublions de toutes sortes ...) sont remis à leur place, c'est à dire avec nous, au ras des pâquerettes, passant pour des parias ou des illuminés incurables.

Rien n'est plus beau que la vie, mais ce sont les hommes qui la rendent violente, injuste, des hommes dramatiquement immatures et jamais rassasiés. A présent, la montée en puissance des religions, des communautés,, des extrémismes, des colères causées par la douleur des uns contre la fortune des autres, rendent le monde de plus en plus dangereux, de plus en plus irrespectueux, de plus en plus détestable.

Le haut de l'affiche est un rêve, mais le rêve s'arrête là ! 

Le mensonge rode chaque minute, et nous sommes des proies faciles. La France que tout le monde considère comme le pays des droits de l'homme, doit reconsidérer sont statut pompeux, et se souvenir d'où proviennent ses propres richesses.

Prendre un bulletin de vote aujourd'hui, et le glisser dans l'urne, parait sacrément courageux !

Rien ni personne n'est en mesure de normaliser l'infamie de notre situation. Qui sommes nous donc pour accepter de brader ce que nos anciens ont acquis de haute lutte ? La crise est un bel outil pour nous faire perdre conscience. Nous ne sommes que des pions sur l'échiquier, et pour nous, la tour est imprenable !

 






<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>


Page 2 de 7