VC TOUCY : PREMIER BILAN 2013

 

Pendant quinze ans, je fus le responsable d'équipes diverses de niveau DN2 amateurs, dans des régions aussi différentes que peuvent l'être l'Ile de France, le Centre, et la Bourgogne. En tant que tel, je me souviens des plaisirs émanant de cette position, mais aussi des soucis que l'infériorité budgétaire imposait parfois à ma réfléxion ! Aujourd'hui, je suis dirigeant et surtout supporter du VC Toucy, qui se bat avec ses moyens pour garder sa place en division nationale 2, où elle côtoie des clubs mieux pourvus en argent frais et en intendance efficace. J'ai connu ce genre de shéma, et aujourd'hui je comprends d'autant mieux la lutte quotidienne du président Philippe Gerbaut et de son directeur sportif David HAN. Après plus de trois mois de compétition, trois manches déjà courues en coupe de France, j'ai demandé à David d'effectuer un premier bilan en répondant à quelques questions pertinentes.

 

Lolo FORESTIER vainqueur du Prix de la ville de Nevers le 1er mai dernier.

 

1- Après plus de trois mois de compétitions, et avant les championnats régionaux, quels sont les éléments positifs et négatifs qui ressortent de ton analyse personnelle ? Heureusement, il y a beaucoup de points positifs. Par rapport aux autres années, nous avons un groupe plus homogène. Lorsque l'on se présente sur les manches de coupe de France, j'ai le sentiment que mes six coureurs peuvent marquer des points. L'ambiance est également bien meilleure, il n' y a plus d'individualisme. Avant les championnats régionaux, nous avons obtenus deux victoires, ce qui n'était pas le cas l'an passé. J'aime aussi le fait que Benoit Geoffroy retrouve une forme convenable, que Jérémy Cabot confirme son talent, même si je le crois capable de mieux encore. Je suis satisfait des jeunes issus de la réserve 2012 (Lionnet, Guillonnet et Maison). D'ailleurs, ils sont parfois au dessus de ce que je pouvais en attendre, ce qui compense avec les points négatifs (les cadres) Pinel et Forestier, pour l'instant en dessous de ce que j'attendais d'eux. J'aimerais bien que l'on saisisse mieux les opportunités de gagner en 1.2.3. Les blessures imprévisibles sont aussi des points négatifs.

2-  Quels sont tes souhaits pour la suite de la saison ? Justement concrétiser les opportunités, nous ne savons pas toujours le faire. J'aimerais aussi que l'on remporte une belle course élite nationale. Malgré le fait que la coupe de France ne concerne que six épreuves dans la saison, elle reste le fil rouge, et nous devrons absolument "scorer" le 8 juin prochain en Picardie, à Gamâches, pour la quatrième manche !

3- Vois-tu dans ton groupe un ou plusieurs jeunes garçons susceptibles de te faire croire en l'avenir ? Oui ! Les quatre espoirs du groupe (Lionnet, Guillonnet, Cabot et Maison) possèdent tous un talent à exploiter. Jérémy Cabot est sans doute le plus doué de tous, mais ses études, et parfois son envie, sont des barrières à une progression encore plus grande. Adrien Guillonnet doit courir pour gagner et non pour les places, il manque de confiance en lui. Aurélien Lionnet, s'il s'investit davantage, a toutes les capacités du bon coursier. Jérémy Maison, quant à lui, est vraiment un pur grimpeur ! Jamais je n'ai connu un coureur avec une telle aptitude et une telle envie de monter des bosses ! D'ailleurs, il l'a montré sur les routes du circuit de Saône et Loire.

Jérémy CABOT, interviewé après son succès à St Lyé le jour de Pâques.

4- Les blessures de Benjamin Pascual en début de saison et plus récemment de Jérémy Cabot, ne te font-elles pas réfléchir sur la nécessité d'étoffer ton équipe ? Oui, mais le problème est toujours le même : Le budget ! Avoir des coureurs qui "galèrent" et qui font uniquement le nombre, n'est pas une bonne solution. Victor Gerbaut, un de nos jeunes, va subir une deuxième intervention chirurgicale au genou. Benjamin Pascual a été écarté jusque mi-avril pour des douleurs au même endroit. Tout comme Jérémy Cabot actuellement, et Aurélien Lionnet a souffert d'une fracture du poignet ! Les blessures font partie des aléas du sport, mais là, ça commence à faire beaucoup. Alors oui, je proposerai certainement au bureau d'élargir l'effectif.

5- Es-tu satisfait de l'évolution du cyclisme amateur, notamment en ce qui concerne le nombre de contrôles antidopage effectués sur l'ensemble d'une saison ? Le nombre des contrôles semble évoluer, c'est une bonne chose. Par le fait, le nombre de cas positifs ou suspects augmente aussi. Le problème vient clairement des corticoïdes ! Peut-être vient-il aussi de certains directeurs sportifs ! Comment ne pas s'interroger sur un de nos coureurs qui est lâché le samedi et qui gagne le dimanche ? Quand il s'affute en quinze jours ? Quand il emmène des braquets de folie ? Chaque week-end je vois des choses bizarres, des absences de deux semaines ...Tout le monde sait qui "joue", la FFC reste trop passive !

6- Ce week-end à Pouillenay en côte d'or, se disputeront les championnats de Bourgogne sur route. Quels sont tes espoirs ? Le groupe est en train de redresser la tête après une vingtaine de jours de difficultés. Nos spécialistes du contre la montre n'ont pas préparé l'épreuve spécifique comme avait pu le faire Max Pinel l'an dernier. Pour la route, nous sommes confrontés au gros effectif du SCO Dijon qui devrait aligner pas moins de 20 coureurs ! S'ils gagnent, c'est normal ! Si on gagne, c'est un exploit ! Ils le savent et nous le savons ...Tout reste cependant possible.

 

David HAN, le responsable de l'équipe DN2, a répondu à mes questions, comme ici lors de l'assemblée générale.

7- Aurons-nous toujours le plaisir de voir le VC Toucy en DN2 pour la saison 2014 ? Je l'espère bien ! C'est mon souhait et celui du club tout entier. Jérémy Cabot s'est fait rejoindre à 3 kms de l'arrivée lors de la première manche, il luttait pour un top 3 ! Adrien Guillonnet a crevé lors de la 3ème manche, alors qu'il avait sa place dans le top 10 ! Le manque de réussite est flagrant, mais je suis persuadé que nous allons inverser la tendance et que notre place en DN2 est tout à fait légitime. Nous avons le meilleur groupe depuis que nous évoluons à ce niveau de compétition, il serait donc paradoxal de devoir rétrograder en DN3.

8- Qu'attends-tu de l'évolution de ton club ? Chaque année le club sait se bouger. Le matériel pour les coureurs, camion + voiture cette saison, etc...Cette évolution est nécessaire uniquement pour rester à notre niveau, car le cyclisme français amateur avance en même temps que nous. Je ne vais pas faire ma pleureuse mais comme beaucoup de club, les finances sont justes ! Certains ont de gros budgets mais pour autant je n'aimerais pas être à leur place ou avoir leur effectif. Nous, nous faisons avec les moyens du bord, et je pense qu'on en tire le maximum. Cette saison, je trouve qu'on a une certaine stabilité, notamment avec des rôles bien définis. Une entente cordiale avec Claude Engelvin, l'entraineur des jeunes, et avec tous les bénévoles qui s'investissent beaucoup. Lorsque je croise un licencié du club, il est toujours heureux et content, ça, ça donne un gros moral.

Il convient de remarquer la bonne ambiance qui règne dans ce club. Je pense moi aussi qu'ils méritent leur place en DN2 et que très bientôt ils sauront le montrer. Lorsque l'on voit les jeunes oeuvrer sur les épreuve élites, on ne peut que se réjouir de l'avenir. Jérémy CABOT 7ème de Troyes-Dijon, Jérémy MAISON 9ème du Classement général du Circuit de Saône et Loire, et Adrien Guillonnet 10ème du Tour du Périgord et 13ème du Tour du Charollais ! C'est sur ces épreuves là que l'on sait à quel coureur on a à faire ! 

DN2 : ACTE III POUR LE V C TOUCY
                                                                                                                                                    
                                                                                                                                                       
LE V.C TOUCY TEAM D N 2 - 2013
De gauche à droite : Aurélien Lionnet, Jérémy Cabot, Benjamin Pascual, Max Pinel, Alexandre Riegert, Loic Forestier, Victor Gerbault, Jérémy Maison, et Adrien Guillonnet.
(Manque sur le cliché, Benoit Geoffroy).
La période actuelle est difficile, pour le cyclisme comme pour tout le reste. La crise oblige aux souffrances multiples, et dans ce contexte, trouver le budget nécessaire pour monter une équipe de D N 2, n'est pas une mince affaire.
Celà devient même un casse-tête parfois ... Pourtant, le président Philippe Gerbault et ses collègues, grâce notamment à François Cachot et son entreprise Elite restauration, ont encore réussi leur pari.
                                 En 2013, c'est un effectif de 10 coureurs qui défendra les couleurs blanches et bleues du seul club de l'yonne évoluant à l'échelle nationale. Avec huit licenciés de première catégorie, et deux autres aspirant à le devenir, l'esprit du partage des tâches est devenue obligatoire pour ne pas sombrer. La coupe de France de division nationale 2 sera bien sûr une fois de plus l'objectif de l'année ! Se battre pour sauver sa place à ce niveau, ce n'est pas une chose simple, mais David HAN, le responsable sportif de cette équipe unie, fait un excellent travail. 
  
                     
                                                                                  David Han, travaille dans la bonne humeur.

David sait bosser avec les moyens mis à sa disposition, et le VC Toucy entame donc sa troisième saison à ce niveau de compétition, face à bon nombre d'équipes possédant une surface financière bien plus importante. "Pour compenser, les garçons se doivent de mouiller le maillot".

Max Pinel reste le pilier du groupe, Loic Forestier, le sympatique nivernais, est lui aussi une valeur sûre. Il y a également le talentueux Jérémy Cabot, l'excellent capitaine de route Benoit Geoffroy, Alexandre Riegert, qui a 27 ans fait figure d'ancien ... tout en restant un bon camarade. Il y a l'ex-dijonnais Benjamin Pascual, qui débarque enfin, en espèrant que ses ennuis de santé le laisseront en paix. Et puis il y a ces "mômes" qui ne reculent devant rien, emmenés par Jérémy Maison, avec Adrien Guillonnet, Aurélien Lionnet et Victor Gerbault.
Le cas échéant, ils pourront compter sur Luc Lutsen le crossman, ou encore Damien Chevallard fraichement redescendu en deuxième caté. 
Bien sûr que la lutte sera âpre et dure face aux grosses écuries comme Auber 93, par exemple. Il est vrai que les vainqueurs de l'an passé ne peuvent pas monter en D N 1, puisqu'ils possèdent déjà une équipe pro à l'étage supérieur. Un règlement respectable, et puis Auber a tellement fait pour le cyclisme ...
Le programme de course des toucycois est plutôt intéressant. Ils viennent de boucler la première manche de la coupe de France, la "Vienne Classic". Jérémy Cabot bien en jambes et respectueux des consignes, a rêvé de podium jusqu'à 7 kilomètres de l'arrivée, après un raid judicieusement protégé par ses coéquipiers. Bien sûr, le Paris-Troyes avec les pros, "caressé" le week-end dernier, ne fut pas facile pour tous, mais ils ne furent pas ridicules du tout dans ce contexte de haut niveau. 
Dimanche prochain, après une semaine sous les intempéries, ce sera Troyes-Dijon qui pointera ses reliefs sous les roues de ces gosses plus ambitieux qu'ils ne semblent l'être. Sébastien Bergeret est parti à Etupes, Alex Gaspari à Dijon, la vie continue malgré tout, avec l'avenir comme mot d'ordre, surtout quand on sait que Jérémy Maison, Adrien Guillonnet, Aurélien Lionnet, et Victor Gerbault ont moins de 20 ans ! Une équipe puise souvent une force rare dans la solidarité et le sérieux, pour compenser quelques faiblesses parfois, ou des erreurs de jeunesse, je pense que pour celà, David Han et ses boys méritent le respect de tous.
BONNE SAISON A VOUS, j'espère venir de temps à autre ...
LE NOUVEAU DEFI DE SEBASTIEN BERGERET

(Merci à Léa Lerasle pour la jolie photo du bas) 

Sous les couleurs de la FDJ, l'été dernier, comme stagiaire.

Le 22 janvier prochain, Sébastien BERGERET aura 21 ans ! L'espoir du cyclisme bourguignon a décidé de quitter son cocon toucycois, pour progresser encore, et atteindre peut-être son rêve légitime, qui est de passer professionnel. Il a signé au C.C Etupes, club bien connu sur le terrain très difficile de la DN1, l'anti chambre du dernier échelon de compétition. Seb est un garçon charmant, qui aime rire, et je dirais même que nos humours sont compatibles. C'est sans doute pour cette raison, que je comprends souvent sa fragilité. Une faiblesse qui l'emmène parfois à faire des choses peu en rapport avec un coureur de ce niveau. Aujourd'hui, il semble que le jeune homme a compris tout ça, il fait même son méa culpa, devenant à la fois lucide et touchant. Né à Nevers en 1992, issu de l'union de Michel et Marie Jo (soeur d'un coureur de première caté), il a grandi dans l'espace animé du monde du cyclisme. Il se souvient de ses nombreuses victoires en juniors, de son maillot de l'équipe de France porté fièrement notamment sur le Paris-Roubaix, ou encore les championnats d'europe et du monde ! Il n'a pas oublié non plus, les couleurs vertes de la jeune garde nivernaise, qui l'ont amené sur le podium d'un championnat de France cadets ! Un beau souvenir également, son succès lors de la MCB (course à étapes en 2ème caté), sous les couleurs du VC Toucy. Je lui pose quelques questions, il répond sans tabou, avec émotions parfois, un brin nostalgique, et l'oeil vif de l'ambition retrouvée.

 

Le blanc du VC Toucy lui allait bien, il faudra s'habituer à des couleurs plus vives ...

Dilem : Quelles sont tes ambitions à présent ? Seb : Passer pro ! J'ai eu la chance d'être stagiaire à la FDJ cet été. Mon rêve était là, je voudrais qu'il dure. Si je n'y arrive pas, ce sera un échec dans ma vie. Dilem : Si je redevenais directeur sportif dans une DN, tu serais une de mes priorités, qu'en penses-tu ? Seb : Je te dirai forcément oui Didier ! Quand quelqu'un me propose, je prends beaucoup de choses en compte, et notamment l'ambiance et ce que je peux apporter au groupe. Dilem : As-tu des regrets ? Seb : Non, je me dis que tout ce que j'ai fait m'a aidé à grandir. Parfois certes des trucs peu intelligents et peu compatibles avec le cyclisme. De tout ça, je ressors une meilleure compréhension des choses de la vie. Me battre pour obtenir un résultat, faire des sacrifices, me donner la peine pour mériter une victoire. Dilem : Penses-tu que le vélo t'apportera ce que tu recherches dans la vie ? Seb : Oui je le crois ! Le monde devient difficile, l'âme du guerrier sera sans doute nécessaire. Ne jamais baisser les bras, se servir du sport pour des valeurs saines. Respect, dignité, humilité, ces choses que mes parents m'ont inculqué. D'ailleurs mes parents, je les remercie, ils m'ont toujours aidé, tout comme ma petite amie qui me suit à Etupes, mon frère, le VC Toucy, la bourgogne, la FDJ, et tous mes amis qui se reconnaitront.  Dilem : Si le VC Toucy était une personne, qu'aurais-tu à lui dire ? Seb : Merci de m'avoir fait progresser, merci de m'avoir fait atteindre des objectifs que je ne me supposais pas capable d'atteindre. Merci de m'avoir supporté, désolé pour les moments débiles de ma jeunesse, et aussi pour mes pétages de plomb. Bonne chance à vous, je vous souhaite de grandir encore. Vous me manquez, je suis pressé de vous revoir !

Sébastien Bergeret est en marche pour un avenir doré, il connait désormais la route à prendre. Il a beaucoup de sollicitude pour son club d'adoption, le VC Toucy, qui lui laisse un sacré souvenir. Seb aime se rappeler les bons moments passés avec David Han, il trace un trait sur les prises de bec qui ont probablement été utiles pour qu'il soit ce qu'il est aujourd'hui. Il remercie également Claude Engelvin, qui l'a fait venir dans l'yonne en 2007, bien lui en prit. Il a choisi le froid hivernal du doubs pour réchauffer son talent, bonne chance à toi ma poule, si tu réussis, tu me rendras heureux !  

AURELIEN LIONNET GRANDIT VITE

 

 Aurélien, lors des derniers championnats de France juniors.

Seine et marnais de part sa naissance (à Provins le 2 juin 1994), troyen parce qu'il y habite, dijonnais parce qu'il y fait ses études, pourtant il s'appelle Aurélien ... Lionnet !

Maintenant, il va pouvoir se rendre dans chaque ville de son choix, autant qu'il le désire, puisqu'il vient d'obtenir son permis de conduire. A 18 ans, le garçon apprend vite et se dresse déjà comme un futur pilier de l'équipe première du VC Toucy. C'est pourtant le foot qui l'a initialement séduit, il fut même un très bon gardien de but, cotoyant le haut niveau dans les catégories de jeunes. A l'ESTAC, le club troyen de ligue 1, il s'est offert de beaux souvenirs, comme le jour ou il fut élu meilleur gardien d'un tournoi national. Une mauvaise blessure, une lassitude du football, et le voilà sur les routes au milieu de l'hiver 2009. Un vélo gitane, un cadeau de ses parents, les vieilles chaussures Sidi Laurent Fignon aux pieds, reliques de papa. Il fait une rencontre, l'ASPTT Troyes qui fait rouler ses jeunes, encadrés par l'ancien pro Jimmy Delbove, avec lequel Aurélien sympatise. Le virus du vélo le prend, et celui de la compétition, il l'a déjà. Alors, le plus dur sera de convaincre son père. Il y parviendra, heureusement, car son niveau acquis en trois saisons est assez exceptionnel. Il raffole de Cancellara pour sa puissance et de Wiggins pour ses méthodes avant gardistes, rien que ça ! Sur son ordi, c'est le plaisir des jeux vidéos, comme beaucoup de jeunes de son age. Quand les week-ends sont plus calmes, en dehors de la saison cycliste, il aime sortir aves ses copains, rien de plus normal. Titulaire d'un BAC Scientifique et en STAPS 1 aujourd'hui, il aimerait se spécialiser dans l'entrainement et la recherche des performances, grace aux technologies nouvelles.

 

 2ème à Toucy, mais heureux quand même, derrière son copain Jérémy Cabot.

  Son but dans les années à venir, est de progresser encore, pour atteindre la première catégorie et plus s'il le peut. Une belle ambition pour ce jeune homme à la tête bien faite, qui sait ce qu'il veut. Depuis un an, c'est avec la soeur d'un coureur qu'il partage une idylle. Léa aime le vélo elle aussi, elle pourra le cas échéant, être un soutien dans les périodes difficiles. Les quelques victoires obtenues en 2012 confirment qu'Aurélien LIONNET aura sa place au niveau supérieur. Vu son jeune age, et malgré le nombre points requis, il peut aussi choisir de débuter l'année 2013 en 2ème caté.

Il se peut qu'il décide de ne pas bruler les étapes, il sera de toute façon un bel espoir pour les années à venir. Le VC Toucy peut voir l'avenir sereinement.

Aurélien Lionnet, Jérémy Cabot, Adrien Guillonnet, Jéremy Maison, Victor Gerbault, il y a de la jeunesse pour espérer ...

TOUCY AIME JEREMY MAISON

Jérémy MAISON

Vainqueur à trois reprises en deuxième caté depuis le début de la saison, Jérémy Maison représente l'un des symboles de l'avenir du VC Toucy. Le club de l'Yonne récolte le fruit d'un bon travail de fond, et possède ainsi plusieurs jeunes de moins de 20 ans assez prometteurs. En effet, Adrien Guillonnet, Aurélien Lyonnet et Victor Gerbault, sont également dans l'oeil du cyclone, et d'un futur qui s'annonce intéressant. 

A 19 ans, Jérémy montre que l'on peut continuer des études importantes, et flirter avec la tête des pelotons. Placé dans plusieurs épreuves toutes caté, il sera à n'en pas douter, un élément majeur du groupe DN2 de David Han. Celui-ci l'attend sereinement pour renforcer son équipe 2013.

Né le 21 juillet 1993 à Auxerre, Jérém n'a qu'une hâte, faire partie de l'élite. Il y retrouvera Max Pinel, le leader du groupe, qui est apte à mettre les jeunes en confiance. Il y retrouvera aussi Loic Forestier, brillant 4ème du récent Paris-Vierzon, course à laquelle Jérémy Maison a participé et terminé dans le peloton, réglé au sprint par le néo pro Benoit Drujon, pour la 5ème place. Résidant à Diges, juste à côté de Toucy, le môme a du répondant. Il débuta le vélo en dernière année de collège, juste après avoir abandonné le foot, les deux sports n'étant pas très compatibles. Supporté et conseillé habilement par Claude Engelvin depuis ses débuts, il remporta sa première victoire à Myennes, en cadet 1. Puis, il récidiva un mois plus tard, à Aiglemont, sur une manche du courtisé challenge de l'est. En junior, son coup de pédale souple et fluide, sa capacité d'accélérer dans les endroits difficiles et son tempérament d'attaquant, apportèrent de nombreuses satisfactions à ses dirigeants. "Mon grand bonheur, ce fut de me retrouver seul en tête lors de la classique des alpes en junior 1. Même si j'ai crevé ensuite, ce fut un moment magique."

.

                  Une belle victoire à Coulanges la vineuse, en juillet dernier.

Heureux dans la vie, le garçon vient de réussir son concours d'entrée pour faire ses trois ans en école de kiné. Il poursuit son rêve, qui serait de devenir kiné d'une équipe cycliste bien sûr ! A son age, il peut encore prétendre à mieux. Etre le champion qui se fait masser par exemple ... Mais Jérémy reste humble et se contente de dire : "J'aimerais avoir un bon niveau en première catégorie." Il ajoute : "Je suis fan de Contador et Gilbert parce qu'ils attaquent !" A part ça, Jérémy est un gamin comme les autres. Il a des passions diverses, comme la lecture, le jardinage, et la cuisine." Surtout les gâteaux !" Lorsqu'on lui parle de 2013, il n'évite pas le sujet : "Je donnerais le meilleur de moi-même sur toutes les courses. J'espère ne pas avoir de pépins de santé." On reparlera certainement de Jérémy Maison dans les années à venir et la place qu'il occupe aujourd'hui, il sait qu'il ne l'a pas obtenue tout seul : "Je remercie ma famille, ma copine et Claude qui me soutiennent. Je suis au VC Toucy depuis mes débuts. Je m'y sens bien. Je suis donc content de monter au niveau supérieur en restant dans mon club." La tête sur les épaules, c'est le meilleur moyen de réussir. Le VC Toucy pourra compter sur lui. Il reste à le façonner pour qu'il supporte la répétition des efforts. C'est nécessaire pour accéder à l'élite, Jérémy le sait ! En février prochain, il signera sa première feuille de départ avec une licence de première caté entre les mains. Ce jour là, son coeur battra peut-être un peu plus fort, celui de Toucy aussi.






<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 Suivant > Fin >>


Page 3 de 6