LE V C TOUCY ECRIT SON HISTOIRE

Lorsque Philippe Gerbault (en médaillon à droite) a pris la présidence, en 2008, le VC Toucy avait déjà franchi le pas de la double affiliation (FFC-UFOLEP) depuis quatre ans, sous les ères additionnées de Gilles Brawacki et Alain Ponroy. Auparavant, seule la fédération UFOLEP occupait les dimanches du club omnisport, on l'appelait alors l'US Toucycoise. 

Les voeux de Franck Pineau, un des directeurs sportifs de la FDJ, étaient de voir évoluer son club, ils furent exaucés. Un chemin s'ouvrait alors vers une progression aussi sûre que programmée. Si l'objectif fut d'abord de relancer le cyclo cross dans l'yonne, par le biais d'une organisation exceptionnelle, la suite soufflera le vent d'une quête vers le niveau supérieur. En 2012, Philippe Gerbault est toujours le président de la section FFC et Henri Dardennes assure le côté UFOLEP, afin de maintenir un voile de "compétition loisir". Le cyclo cross de Toucy existe encore et depuis sa création, la ville a reçu de nombreuses vedettes du cyclisme (Philippe Gilbert, Sandy Casar, Yauheni Hutarovitch, Francis Mourey entres autres et bien entendu le coureur local Cédric Pineau). La rançon du succès et d'un travail parfaitement orchestré.

 Le VC Toucy a donc grandi gentiment autour d'un groupe de jeunes qui rêvaient d'espaces plus scintillants. Allant dans le sens de Franck Pineau, convaincu et conseiller pour que la construction d'une belle structure soit possible, le plan était en marche. Les dirigeants ont beaucoup donné et les entraineurs se sont motivés, notamment Claude Engelvin, un personnage dévoué, attachant et intelligent. La necessité de se perfectionner, de participer à de belle épreuves pour apprendre le job, devenait inéluctable.

 Le couronnement fut la rencontre avec François Cachot du groupe Elite restauration. Le VC Toucy-Elite restauration naissait de cette rencontre et l'histoire du club prit en 2011, un format amélIoré, mais à moderniser encore et encore. David Han, l'ancien coursier du SCO Dijon et accessoirement le gendre de Franck Pineau, est à présent le manager et directeur sportif de l'équipe DN2. Claude Engelvin continue son excellent boulot auprès des jeunes et le VC Toucy écrit son histoire. Pour Philippe Gerbault (voir interview ci dessous) le rêve continue. Il est plutôt fier de tous ceux qui ont contribué à avancer, chacun respectant le domaine de l'autre. La convivialité reste une vraie évidence et presque une obligation entre mécènes, dirigeants, coureurs et supporters.

Voici les sentiments du président. Il répond à mes questions, sans langue de bois !

- Quel bilan tires-tu de cette première partie de saison ?

Nous voulions confirmer la 11ème place obtenue par l'équipe DN2 en 2011. Tenter le top 10 était un objectif ! La première satisfaction est sans doute la reconnaissance de l'équipe FDJ.-Bigmat Nous pouvons compter sur eux et sur Franck Pineau. Mentalement, nos coureurs 1ère caté n'ont pas été suffisamment mobilisés, en tous cas pas comme l'an dernier. A ce niveau, l'engagement, la concentration et le collectif sont des éléments déterminants. Pour tout celà, les résultats se font attendre. David va donc tenter de dynamiser son équipe et apporter les réglages nécessaires. Je ne doute pas que la seconde partie de la saison sera meilleure.

- En 2013, ce sera déjà la troisième année pour la DN2. Qu'attends-tu de nouveau ?

En 2013, le club aura une certaine expérience. Il ne faut pas maintenir en l'état existant, sinon nous allons régresser. Nous devons donner une nouvelle direction au groupe DN2.Il est trop tôt pour en parler. Une chose est sure, nous garderons comme axe de développement, la formation des jeunes.

 Le président sait aussi motiver ses troupes. Ici les jeunes Adrien Guillonnet et Jérémy Maison.

-Quels sont les grandes satisfactions depuis le début 2012 ?

Maxime Pinel incontestablement ! Il est le vrai leader. Dans les coups, il tente toujours des choses. Il est là pour lui, mais aussi pour ses copains, son entraineur, son club, sa famille. Il est agréable et positif, il va encore progresser. Loic Forestier a une bonne marge de progression lui aussi. Sébastien Bergeret doit se retrouver. Il a pris du temps et maintenant l'heure a sonné (Sebastien Bergeret sera stagiaire avec la FDJ durant le mois d'aout). Je n'oublie pas l'équipe régionale avec ses jeunes qui se comportent comme les DN2 en 2011 ! Jérémy Cabot avec ses 6 victoires dont le circuit icaunais est un très bon coureur ...

- Si tu avais un souhait à réaliser absolument, lequel serait-il ?

J'ai deux souhaits très proches l'un de l'autre. Un junior ou un espoir champion de France en aout prochain et un vrai camion atelier pour être à la hauteur de l'intendance des autres équipes DN. La réalisation de ces deux souhaits, aideraient au développement du VC Toucy. Il reste du travail à accomplir à tous les niveaux. Je rêve de monter la marche qui mène à la DN1 !

- Que faudrait-il pour relancer le cyclisme dans l'Yonne ?

Oublier la théorie et s'appuyer sur les ressources icaunaises. Eliminer certaines faiblesses en regroupant les forces trop dispersées ... il y a trop de clubs ! On pourrait s'en satisfaire si des jeunes émergaient, or ce n'est pas le cas ! Il faut développer la culture de la compétition, le plaisir de faire, de s'engager, de construire. Celà permettrait d'aborder des notions d'entrainement, de programmes, de stage, d'encadrement, d'objectifs. Une mutualisation est nécessaire. Une élite est indispensable et chaque club s'enrichirait d'une méthode commune en phase avec la fédération. Les jeunes doivent se projeter vers un objectif à long terme, à la fois ambitieux et valorisant. Parrallèlement, il faut parvenir à une alliance communication-compétition. La presse locale n'accorde que peu de place au cyclisme. Les responsables politiques ont oublié les valeurs du sport, l'utilité sociale et l'effet vitrine d'un projet. Tout celà prend du temps et doit être coordonné avec le comité départemental. Un noyau de dirigeants qui fixe des échéances. Ce doit être passionnant. Il manque du professionnalisme et c'est pourquoi nous bloquons tous.

 

CEDRIC PINEAU L'A FAIT

 

133ème du tour de France 2012, ça c'est fait !

Oh je sais bien que l'analyse brute de cette performance ne fait pas sauter au ciel, mais quand on sait à quel point ce sport est exigeant, c'est loin d'être insignifiant. Cédric PINEAU a donc effectué son premier tour, sa première épreuve de trois semaines, au sein d'une équipe en pleine réussite, avec notamment l'avènement de Thibaut PINOT et aussi le nouveau succès d'étape d'un merveilleux opportuniste nommé Pierrick FEDRIGO. Cédric a aimé le tour et sans doute que dans son esprit, celui de 2013 avec ses trois jours initiaux en terre corse, épousera ses rêves de juillet, la saison prochaine. Faire son job du mieux qu'il pourra, aider ses coéquipiers et puis dans l'ombre, oeuvrer pour la réussite du groupe FDJ-Bigmat. Pour celà,malgré son sponsor, il ne lui suffit pas de gratter un ticket, cocher des numéros ou caresser le hasard. Il s'agit là de nombreuses années de travail, de sérieuses remises en questions et de souffrances cachées, derrière une envie que nos footballeurs ont perdu, à force d'aligner les zéros sur leur feuilles de paie, à la démesure de leur ego.

 Cédric PINEAU, un premier tour de France mené à son terme.

Le cyclisme est bien plus redoutable envers ceux qui ne font rien. Un contrat oblige à des résultats. Terminer le tour en donnant le maximum pour les siens, est un contrat difficile à remplir. Cédric l'a fait !

Je suis heureux de voir, que 20 ans après l'avoir vu longer le canal de l'armançon avec son petit vélo, multipliant les allers retours sur le chemin de la maison de Brienon, le garçon en a garder sous la semelle pour se donner le plaisir de longer la seine,avant d'atteindre le bonheur des champs élysées.

L'humour aide à comprendre parfois ...

Cédric PINEAU est donc revenu de Paname avec des souvenirs plein la tête, des souvenirs indélébiles et furtifs comme peuvent l'être une rencontre, un regard ou un sourire. Souvent, j'entends des sportifs du canapé vanter les mérites de leurs idoles, mais plus souvent encore, j'entends ces mêmes "sportifs", dilapider en une seconde la crédibilité d'un cycliste. Le dopage a échoué là où le cyclisme a réussi, puisque depuis l'an 1998 et ses imposteurs crédules, ce sport accepte de jeter en pâture les coureurs contrôlés positifs, parfois prématurément.

Aujourd'hui bien sur, tout n'a pas changé, mais il y a des raisons d'espèrer.

Pour un Di Grégorio arrêté, un Schlek attrapé, certains autres suspectés, il y eut des dizaines de coursiers innocents du mal dont on les soupçonne. Loin du monde du vélo, on ne sait pas grand chose de la sueur qu'il faut abandonner sur la route pour être compétitif, ni de la différence entre un monde de professionnels et celui des sportifs du dimanche que nous sommes.

Le tour est une aventure à la hauteur des plus grands héros de cinéma, même si Indiana Jones et Allan Quatermain n'y ont jamais participé ...

Le tour, c'est le tour ! Les héros sont simplement des héros ...Ils font rêver les enfants, comme Thomas VOECKLER et son maillot à pois, comme un peloton multicolore qui passe devant la porte d'un villageois, comme les secrets gardés au fond des mémoires de ceux qui sont les principaux acteurs.

Comme dirait une pub bien connue, j'en ai rêvé, Cédric l'a fait !

CEDRIC PINEAU PREMIERE SEMAINE

 

 Samedi 30 juin 2012, le prologue à Liège. Voilà, à cet instant, c'est bientôt parti pour Cédric !

 

Première semaine de Tour de France pour notre Cédric, de l'yonne, de Toucy ...

C'est démesuré l'ambiance du tour, c'est exceptionnel de vivre ça et lui, il est là ! Non bien sûr que le monde des bisounours n'est pas le sujet, mais savoir qu'il a bien vécu ses débuts, ça fait plaisir ! Quand je lui demande quelle est la différence par rapport aux autres courses ? Il me répond : 

"Il y a beaucoup plus de monde, beaucoup plus de journalistes, beaucoup plus de spectateurs, beaucoup plus de nervosité, beaucoup plus de tout ! Le final des étapes est plus rapide, plus dangereux, d'ou les nombreuses chutes. Ca ne rigole pas !"

Cédric Pineau est dans son tour. Sa principale mission était d'offrir à Thibaut Pinot, son presque homonyme, une protection lui permettant de ne pas perdre trop de temps. C'est réussi ! Et cerise sur le gâteau, Thibaut Pinot a remporté une magnifique victoire d'étape. Il doit aussi offrir à ses sprinters une ouverture vers la dernière ligne droite, pour ça ce n'est pas toujours facile, il y a d'autres équipes, plus habituées à ces joutes nerveuses et tellement difficiles à gérer.

                                      

                          Les autographes, Cédric Pineau est sur le tour de France.

Quand je vois Cédric s'envoler au dessus d'un nid de malchanceux, que le roi Sanchez avait initier à la chute, je prie pour que le garçon s'en sorte indemne ... et miracle, c'est le cas  ! Pas de bobo ...

Je l'imagine réussir un coup, sur une étape, il peut peut-être le faire, quand le jour propice aura daigner lui offrir les jambes qui vont avec : "J'espère trouver une opportunité sur une étape entre les deux montagnes. J'espère aussi que le jour J, j'aurais les jambes pour le faire ..."

C'est certain, il faut un peu de chance, un peu d'opportunisme, mais surtout être en forme quand la possibilité de réussir se présentera. Sans aucun doute, le jeune homme a bien négocié cette semaine initiale et je crois qu'il peut aller plus loin, aussi loin qu'il le pourra, sachant que de toute façon, il donnera le meilleur de lui même. De notre côté (celui des supporters d'un môme sympa), nous espérons toujours le voir aux avants-postes. Pourtant, lui, il a du boulot, son boulot, celui de l'ombre. L'ombre  n'est pas définitive, la lumière attend quelque part, juste derrière l'envie ...

Allez Cédric, fait ton job, et si tu as la force de faire encore plus, un jour, comme ça, ce sera un vrai plaisir de te voir déguster le gateau que l'on ne te propose pas de manger. Le tour est si difficile, si incompréhensible parfois ...

Devant toi, la deuxième semaine, ce job t'attend ! Et nous, nous suivons tes tours de roues, même en direct sur le portable à Ludo, comme dimanche dans les rues de Toucy ! Ou même à la télé comme tout le monde. Ton tour de France est aussi le nôtre ...rendez-vous la semaine prochaine et dans l'entre montagne !

Le plaisir est là ! Enfoui derrière un monde de professionnels, il reste l'âme du gamin de Toucy ... éclates-toi !

 

                      

UN PREMIER TOUR POUR CEDRIC PINEAU

 

 Samedi prochain, à Liège, Cédric PINEAU fera ses premiers tours de roues sur le tour de France. La récompense de tous les cyclistes ...

Depuis quelques semaines, Cédric Pineau attendait avec impatience le verdict de la composition de l'équipe FDJ-Bigmat pour le prochain tour de France. De la voix de Marc Madiot, après un championnat national disputé dans le nord et sous la pluie, mais éclairé d'une belle course collective menant au titre de Nacer Bouhanni, Cédric le toucycois, a entendu l'une des plus belles phrases de sa vie : "Tu fais le tour de France", ça c'est le rêve de tous les coureurs ! Franck son père et Véro sa mère doivent être heureux et que dire des grands parents, le camping-car va chauffer !

Ses amis, les dirigeants du club de Toucy avec son président Philippe Gerbaut, David Han son beau-frère et pote, ainsi que tous ceux qui l'aime (ils sont nombreux) savent que le mérite en revient avant tout à lui-même. Avec sa gentillesse naturelle, il a toujours provoqué le respect, sauf chez les imbéciles, qui parfois s'égarent en pensant que le vélo est facile et que le fait d'être loin dans les classements supposent un manque de talent. Mais Cédric Pineau a bien du talent et il sera au départ du tour de France parce que son niveau actuel l'y autorise. Quelque part, son rôle d'équipier est reconnu par cette sélection, il est encore plus flagrant chez ceux qui s'appliquent à analyser et décortiquer chaque course ! L'an passé, il avait donné sa place à un coéquipier, faisant preuve d'une belle solidarité ... Il ne se sentait pas en condition suffisante, mais aujourd'hui, à 27 ans, il est temps de continuer sa progression dans le travail qu'il a choisi. Dans ce sport, les salaires de 100 000 euros ne sont pas légions, mais à l'arrivée le maillot est mouillé, les jambes sont lourdes et la souffrance reste digne. J'avoue que le tour de France ne me fait plus trop "kiffer"depuis quelques années, mais en 2012, grâce à Cédric Pineau, je vais reprendre les habitudes anciennes. Chacun peut penser ce qu'il veut du cyclisme, parler de dopage en permanence, imaginer même que le dit dopage ne concerne que ce sport, mais il est magnifique ce sport et pour l'aimer il faut le mériter. Samedi 30 juin 2012, Cédric Pineau entrera dans le monde merveilleux du tour de France, celui des légendes, des belles histoires, des souvenirs impérissables que tous partagent comme un gateau géant. Sur le tremplin de départ, il aura sans doute une boule au ventre et se rappellera peut-être de toutes les heures passées à pédaler pour devenir ce qu'il est devenu, un jeune homme que l'on peut admirer. J'ai passé l'age d'avoir des idoles, pourtant pendant le mois de juillet, tu seras mon idole Cédric. Je te souhaite bonne chance et plein de réussite.

JEREMY CABOT S'OFFRE LE CIRCUIT ICAUNAIS

 

 

Un Cabot peut en cacher tant d'autres ... Le clan familial issu de la région auboise, possède en la personne de Jérémy, un nouveau fleuron plutôt efficace. Certes, déjà connu pour quelques prouesses passées, le jeune homme avait voulu une petite parenthèse la saison dernière, afin d'optimiser ses études. Le retour est cinglant et à 21 ans, Jérémy Cabot a irradié le Circuit Icaunais 2012 de son talent et de sa lucidité. Dans le bon coup de 16 coureurs le premier jour, accompagné du jeune Adrien Guillonnet son coéquipier, puis 4ème du chrono le dimanche matin et enfin encore devant lors du dernier volet de l'épreuve, cette fois secondé de belle façon par l'autre minot du groupe toucycois, Jérémy Maison. Tout au long de l'ultime étape et notamment dans sa partie initiale, Adrien Guillonnet, Jérémy Maison et Maxime Boucher ont fait du bon boulot, avant que Jérémy Cabot sorte de sa coquille, pour aller cueillir un maillot jaune bien mérité.

Né le 24 juillet 1991, du côté de Troyes, Jérémy est le fils de Christophe, lui même le fils de Robert Cabot, que les amoureux du vélo ont gardé en leur mémoire. Le grand père était un sacré bonhomme, respectable et respecté de tous. A présent, force est de constater que le "petit" est à la page, il a fait plaisir à tous les dirigeants du VC Toucy présents, moi compris !

Si j'ai bien vu, il a même extirpé une larme sincère à Philippe Gerbaut, le président heureux de constater la suprématie de son groupe, victorieux également par équipes. Jérémy Cabot est un garçon intelligent, au regard vif et volontaire, il sait ce qu'il veut et fait tout pour l'obtenir. Dans la lumière, là haut, Robert doit être fier de son petit fils. Depuis ses débuts, l'UVCA Troyes était son nid, aujourd'hui et depuis 2010, le VC Toucy l' a "hébergé". David Han lui proposant un shéma qui lui plaisait, Jérémy a choisi le plaisir et le sérieux jumelés. En école d'ingénieur à Lyon, il sait que le temps décidera de la durée de sa présence dans le cyclisme, qu'il pourrait probablement caresser au plus haut niveau, mais qu'il imagine éphémère. Pour l'heure, il a décidé de s'éclater et regrette de ne pas avoir rejoint le VC Toucy un peu plus tôt ! Fan de Fabian Cancellara, il rêve de bosser dans le sport automobile ou ...le vélo bien sûr !

Jérémy Cabot a dessiné à sa façon, un petit sourire sur les images du passé. Je suis content d'avoir croisé sa route !






<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 Suivant > Fin >>


Page 4 de 6